cinéma

Ciné-revue n°4 – Les Huit Salopards de Quentin Tarantino

 

Hello, hello les amis !

J’espère que vous allez bien et que votre début de semaine s’est bien passé. Aujourd’hui, on quitte un peu les romans pour un article cinéma afin de vous parler du dernier Tarantino en date : Les Huit Salopards. Si vous avez lu cet article, vous saviez qu’il faisait partie de ces films que j’attendais énormément cette année. Alors joie, déception ? Je vous livre sans plus attendre mon avis, garanti sans spoilers comme d’habitude.

SYNOPSIS :

Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit Le Bourreau, fait route vers Red Rock, où il conduit sa prisonnière Daisy Domergue se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix, le nouveau shérif de Red Rock. Surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par quatre personnages énigmatiques : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, l’auberge va abriter une série de tromperies et de trahisons. L’un de ces huit salopards n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier que tout le monde ne sortira pas vivant de l’auberge de Minnie…

MON AVIS :

J’attendais avec impatience ce nouveau Tarantino qui est un de mes cinéastes favoris. La bande-annonce m’avait complètement mise sous le charme malgré que j’en voulais très fortement à Kwentine (prononciation américaine) de retourner vers le western, Django Unchained, tout aussi bon qu’il était, m’avait amplement suffit. Donc dimanche 10 Janvier, Chéri et moi filons au cinéma, impatients de découvrir le futur chef-d’oeuvre que serait Les Huit Salopards. Eh bien, détrompez-vous, ce n’est pas un chef d’oeuvre, nous sommes les premiers déçus de l’annoncer. Quentin Tarantino nous pond un film extrêmement long (un peu moins de 3h) et moi qui râlais qu’on n’avait pas droit à la version longue (exclusivement pour la version 70mm diffusé au Gaumont Marignan), je peux vous dire qu’à la fin de la séance, j’étais finalement contente. Alors attention, c’est très bien fait, c’est propre et tout mais d’un classique sans nom. Pas de folies visuelles, pas de fioritures, j’avais l’impression de regarder un vieux western. Tarantino est connu pour référencer un max ses œuvres, on le sait tous Tarantino est un grand cinéphile et il aime bien le faire savoir. Très bien ! On le sait et on aime ça dans ses autres longs-métrages mais ici, nous avons juste la sensation qu’il a voulu impressionner les Grands Manitous de sa cinéphilie et se dire « Hé vous avez vu ! Je sais le faire moi aussi ! ». Ce qui donne un film classique et premier de la classe. L’intrigue aussi est plutôt longue à se mettre en place puisque Tarantino fait des effets répétitifs dans la présentation des personnages, ce qui peut devenir vite lassant. Je pense que le film commence véritablement quand les personnages sont dans l’auberge de Minnie et qu’on commence la partie « huis clos ». Passons donc aux points positifs (oui, il y en a !) : Samuel L. Jackson est grandiose dans ce long-métrage. Jennifer Jason Leigh joue très bien aussi mais j’avertirai les féministes que ce n’est pas un film où l’on se préoccupe de la condition féminine. Jennifer Jason Leigh s’en prend littéralement plein la gueule tout le long du film. Nous retrouvons quand même les codes qui font d’un Tarantino un très bon cinéaste : de l’humour, de la violence et des très bonnes punchlines. Quoiqu’il arrive, vous n’en ressortirez pas indemne. 

Voilà, ma chronique est maintenant terminé ! Vous l’avez vu ? Vous comptez le voir ? Dites-moi tout en commentaire ! Plein de bisous.

 

Publicités

15 thoughts on “Ciné-revue n°4 – Les Huit Salopards de Quentin Tarantino”

  1. Ah ben j’ai adoré personnellement ! Ça change réellement de ce qu’on peut avoir au ciné d’habitude (surtout les films qui marchent bien), et ça fait plaisir d’avoir un réalisateur avec une telle trempe, toujours capable de nous sortir des films marquants.

    J'aime

  2. Pour ma part, je le préfère largement à Django (qui pourtant m’avait déjà énormément plu). Sinon j’ai adoré ce film (que j’ai réussi à voir en 70 mm dans ma province en avant-première : et ça fait un très beau résultat) même si je comprends les choses qui t’ont agacée. Mais finalement j’arrive maintenant à comprendre les longueurs et les dialogues qui ne s’arrêtent pas, c’est très cohérent avec le sujet traité. Je sais qu’il y a toujours ce débat avec sa cinéphilie (voire même ses « copies), perso j’ai trouvé ça plus subtil que d’habitude (même si on les voit mais bon en même temps il ne s’en cache pas !). J’ai trouvé le film magnifique visuellement, vraiment bien mis en scène, les acteurs tous excellents (et pour moi pas de misogynie en ce qui concerne Jennifer Jason Leigh) et j’ai également beaucoup aimé la BO de Morricone.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te remercie pour ton avis. Déjà, pour te répondre, je sais que je fais genre dans l’article, mais en vrai j’aurais mille fois adoré le voir en 70mm !
      Je pense que c’est un film qui méritera une nouvelle vision mais en sortant de la salle, je n’ai pas pu m’empêcher d’être déçue.
      Oui, j’ai pas parlé de la BO mais effectivement elle est superbe 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Je n’ai pas encore pu le revoir (je ne pense pas avoir le temps de le revoir en salles comme je l’aurais souhaité mais en dvd, ça devrait faire l’affaire) mais en 70 mm (même si on peut l’apprécier sans cette version), on voit vraiment où QT a voulu en venir. C’est assez étrange comme sentiment et paradoxal mais je trouve que l’atmosphère devient encore plus pesante quand ils sont chez Minnie grâce à ce procédé. C’est comme si on avait l’impression que le danger pouvait venir de n’importe où et en même temps l’écran semble encore plus élargi, nos yeux n’ont pas forcément le temps de voir tous les détails.
        Après je comprends ta déception dans le sens où je crois qu’il y avait une vraie attente de ce film et je pense qu’il reste très déroutant, les gens ne s’attendaient pas forcément à ça. Comme j’en discutais avec un autre blogueur, même si évidemment certains spectateurs resteront sur leurs positions (ce que je comprends évidemment !), je reste persuadée que ça sera un film qui sera plus apprécié avec le temps.

        Aimé par 1 personne

  3. J’étais très impatiente de le voir mais tu es la quatrième personne à l’avoir trouvé moyen, c’est dommage, je suis un peu douchée dans mon enthousiasme du coup 😀 Je vais voir si ça vaut vraiment le coup de payer un ciné ou on peut attendre la sortie dvd 🙂

    J'aime

    1. De mon avis, je pense qu’il vaut mieux le voir au ciné que devant la télé pour la simple et bonne raison que je sais que face à la télé, si le film m’ennuie, je zappe vite fait. L’avantage du cinéma c’est que je me force à être dans le film jusqu’au bout :).

      J'aime

  4. Je suis allée le voir hier et je t’avoue que je ressors un peu mitigée de la projection. Certes, on sent bien que Tarantino s’est fait plaisir mais je n’ai pas vraiment retrouvé les codes du western dans ce film et ai eu l’impression d’un déjà vu malgré le talent du cinéaste. C’est dommage même si dans l’ensemble le film se laisse quand même regarder. Ma chronique bientôt 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s