RDV Médiathèque

RDV Médiathèque #1

Hello, hello !

J’espère que vous allez bien en ce dimanche férié ! De mon côté, il fait gris, il fait froid et je n’aime pas ça. J’ai juste envie d’être au fond de mon lit et de lire un peu (d’ailleurs, je pense que c’est ce que je ferais après avoir révisé mon partiel pour demain..). Je voulais vous montrer, aujourd’hui, une nouvelle rubrique sur le blog intitulé « RDV Médiathèque ». J’ai sauté le pas (alléluia !) et je me suis décidée à aller emprunter des romans pour une fois (pour ceux qui ne savent pas, j’emprunte seulement les livres pour les cours). Alors, oui, hier, je vous montrais une PAL longue comme le bras, mais faisons comme si nous n’avons rien vu (sivouplaaait !). Voici donc mes petits prêts que je dois lire avant le 18 Mai.

 rdv-mediatheque-1

Les traîtres – Giancarlo de Cataldo

1844 : dans la péninsule italienne partagée entre le royaume de Sardaigne et du Piémont, les provinces du Nord aux mains des Autrichiens, le centre occupé par les États du pape et le Sud, Sicile comprise, sous la férule réactionnaire des Bourbons de Naples, un désir d’unification et de démocratie monte de toute la société. Cette année-là, en Calabre, une expédition de partisans se heurte à l’indifférence des paysans qu’ils voulaient soulever, à la répression bourbonienne et à la trahison du bandit Calabrotto.
Le jeune Lorenzo di Vallelaura, noble vénitien déserteur de l’armée autrichienne, arrache au bûcher Striga, une sorcière muette, génie des nombres qui sera pour toujours son ombre bienfaisante. Face au peloton d’exécution, Lorenzo accepte de devenir un traître à la solde de l’Empire austro-hongrois. Plus tard, à Londres, placé auprès de Mazzini, l’un des trois futurs pères de la patrie italienne, il sera mêlé à un demi-siècle d’intrigues entre puissances européennes, marqué par des attentats, des complots et des soulèvements aux quatre coins de la Botte. Face à lui, Von Aschenbach, chef des services secrets autrichiens, homosexuel tourmenté, et son homologue piémontais Vittorelli, cynique pourtant fasciné par l’autre grande figure du Risorgimento, Cavour. Autour de lui, Striga, qu’il retrouve aux côtés de Terra di Nessuno, l’héroïque guerrier sarde, et toute une société londonienne extravagante et géniale, le peintre Rossetti, l’aristocrate exténué Chatam et la très belle et très désirée lady Cosgrave, ardente adepte de la Cause. Le chemin de Lorenzo et des autres croisera aussi bien celui de Garibaldi que ceux de mafieux, de camorristes, de bandits anglais et de terroristes français. Tandis que dans les coulisses agissent Karl Marx, Victor Emmanuel II ou Napoléon III, nous sommes transportés de révolutions en réceptions somptueuses, de tavernes milanaises en sordides prisons napolitaines, des rues de Palerme en flammes aux chais du marsala, des bordels anglais aux ghettos de Rome et aux laboratoires où s’inventent les premières machines à calculer.

*Je suis en pleine lecture d’où le marque-page en plein milieu.

Les deux vies de Charlotte Merryweather – Alexandra Potter

Et si vous pouviez remonter dans le temps et changer le fil de votre vie ?
Charlotte Merryweather a 32 ans. Elle dirige sa propre société de relations publiques, habite un bel appartement londonien, sort avec Miles, un garçon gentil mais un peu ennuyeux. C’est une jeune femme très ambitieuse, stressée par le travail et bourrée d’allergies.
Dans un embouteilage, elle remarque une vieille Coccinelle, décorée exactement comme l’épave qu’elle conduisait dix ans auparavant. Stupéfaite, elle décide de la suivre. Au même moment, son portable ne marche plus, elle a un étourdissement … et reconnaît au volant de la Coccinelle, elle-même, dix ans plus tôt. Plus ronde, une coupe de cheveux catastrophique, habillée comme un sac, mais chantant à tue-tête, visiblement plus gaie et insouciante !
Charlotte va sympathiser avec cette version d’elle il y a dix ans et lui prodiguer ses conseils avisés : s’épiler les sourcils, ne pas sortir avec ce minable, mettre de l’écran solaire… Mais Charlotte n’a pas la recette miracle du bonheur et l’inconnue lui réserve bien des surprises…

Blasmusikpop – Vea Kaiser

Johannes se destinait à autre chose qu’à cette vie fruste dans le village de ses ancêtres. Son grand-père, Johannes premier du nom, avait lui-même quitté Saint-Peter-sur-Anger pour aller étudier en ville – et observer le développement des vers solitaires ! –, avant de revenir et de s’établir comme médecin. C’est ce dernier qui a communiqué à son petit-fils son goût du savoir et sa passion pour Hérodote, qui font de lui aussi un original dans ce microcosme alpin où se cultiver est considéré comme hautement suspect. Ainsi, lorsque le jeune homme échoue au baccalauréat, quel drame ! Le voici condamné à rester parmi les « barbares ». Et il ne tarde pas à se faire embrigader dans l’un des événements majeurs de la localité : la venue d’un grand club de football hambourgeois…

Les chroniques de Lady Yoga – Rain Mitchell

Au studio de yoga de Lee, on apprend à lâcher prise. Un art qui ouvre de nouvelles perspectives à Katherine, masseuse et ex-junkie ; Imani, star de télé dépressive ; Stephanie, agent à Hollywood, paumée ; et Graciela, danseuse abîmée guettant le casting. Mais lorsque Lee se voit offrir l’opportunité d’un mirifique contrat avec YogaHappens, le véritable Starbucks du yoga, elle glisse doucement vers l’intranquilité. Comment pourrait-elle trahir ses fidèles de toujours ? Encouragée par son futur ex-mari Alan, Lee va-t-elle se laisser tenter par cette proposition ?

*J’ai acheté le tome 2, il y a peut-être un an et je n’arrive pas à trouver le T1. C’est donc l’occasion de le lire..

Quand le requin dort – Milena Agus

Sardes depuis le Paléolithique supérieur, les Sevilla-Mendoza ignorent la normalité. Un père entiché de voyages lointains, une mère perdue devant la vie, une tante plongée dans des amours sans lendemain, un frère sourd à tout sauf à son piano. Celle qui décrit l’étrange et attachante ambiance familiale, avec une impassible candeur, est une adolescente engluée dans une liaison inavouable… Une liaison qu’elle cache à sa famille, où pourtant on parle d’amour et de sexe sans inhibitions. On y parle aussi de Dieu, dont on n’arrive pas à décider s’il existe ou pas. Plutôt qu’à lui, autant s’en remettre à la superstition pour affronter les dangers de l’existence. Celle-ci se déroule comme si on était dans la gueule d’un requin. Un requin qui vous enserre entre ses dents et vous empêche de vivre. On essaye d’en sortir quand il dort…

Publicités

16 thoughts on “RDV Médiathèque #1”

  1. Coucou Johanna !
    Dit-moi, une question hors-contexte (en fait c’est ton titre qui m’y fait penser)
    Tu vas parfois à la médiathèque Fédérico Fellini ? Elle est assez pratique pour une étudiante en cinéma, ça ne m’étonnerait pas que tu y fasses quelques tours parfois x)

    Aimé par 1 personne

  2. Ca fait tellement longtemps que je ne suis pas allée dans un médiathèque! Il y a quelques années, j’y allais beaucoup mais je rendais toujours mes livres très en retard alors j’ai arrêté xD
    En tout cas, dans ceux qui tu as emprunté, « Les deux vies de Charlotte Merryweather » a l’air pas mal du tout 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Oh chouette ! 🙂 J’aime beaucoup aller en médiathèque aussi, d’habitude j’y vais une fois par mois, mais là je ne trouve plus le temps. Et puis j’y vais surtout pour des mangas, des BD, des romans graphiques, et je ne suis pas dans une phase de littérature graphique pour le moment. Faudrait que je me force, peut-être que ça reviendrait ^^ Profites bien du soleil qui est de retour ! 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Je t’avoue que maintenant j’y ai pris goût. J’ai déjà fait des réservations pour la prochaine fois que j’y vais x).
      Oui, à la base, je voulais aussi y aller pour de la littérature graphique, mais quand j’ai vu les étals de bouquins.. Pas pu résister au point que j’ai oublié la base de pourquoi j’y allais x)
      Oui, j’en profite !!! Toi aussi 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. C’est bien pratique les emprunts en médiathèque (il faudrait d’ailleurs que je renouvelle mon abonnement), même s’il m’arrive souvent de quand même acheter les livres…

    J'aime

  5. Je suis une inconditionnelle des médiathèques, je scrute les arrivées, je réserve à l’avance pour être sûre d’avoir le bouquin….. On y fait souvent de jolies trouvailles.
    J’ai lu Les deux vies de Charlotte Merryweather il y a un moment maintenant et je n’avais absolument pas aimé 😦 Mais mon avis ne compte pas trop vu que je n’aime pas la chick-lit et j’avais quand même voulu tenter l’expérience à l’époque !

    Aimé par 1 personne

      1. Oui, je te conseille la réservation. Par exemple, la cuisinière j’étais 3ième sur la liste de réservation, donc ça prouve qu’on est nombreux à passer par cette voie 😉
        Si tu aimes la chick lit, il devrait te plaire car le synopsis est sympa.

        Aimé par 1 personne

  6. J’en ai juste emprunter 1 pour le mois de Mai il s’agit de « Love letters to the dead » j’espère en être satisfaite 🙂 Ma PAl devient grande aussi je commence à ne plus savoir quoi lire !!! Bisous ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s