livre

Revue n°28 – Les deux vies de Charlotte Merryweather d’Alexandra Potter

Hello, hello !

J’espère que vous allez bien et que ce week-end s’est bien passé. Pour ma part, week-end au soleil (Alléluia, il est revenu !) et j’ai pris un joli coup de soleil sur mon épaule gauche (première fois de ma vie !). Voilà ce que c’est d’attendre le soleil comme une désespérée…  La prochaine fois, je dirai plus rien et quand je le verrai, je lui enverrai la facture de crème après-soleil. Voilà. C’est tout ce qu’il a gagné. Bref, assez parler de lui, je vais vous présenter un roman beaucoup plus marrant : Les deux vies de Charlotte Merryweather d’Alexandra Potter. Elle a tout compris Charlotte, elle ne s’expose pas au soleil avant de se tartiner de crème solaire (véridique !).

PRÉSENTATION :

Les deux vies de Charlotte Merryweather est le troisième roman traduit en français de l’auteure anglaise Charlotte Potter. Sorti en 2009 chez Calmann-Lévy, vous pouvez le trouver en édition France Loisirs et chez Le Livre de Poche.

RÉSUMÉ :

En tombant nez à nez avec la Coccinelle de sa jeunesse, Charlotte n’est pas au bout de ses surprises. Au volant se trouve en effet…. Lottie, c’est-à-dire elle-même, dix ans plus tôt : rondelette, insouciante, chantant à tue-tête. Bien décidée à coacher son double, Charlotte pourrait bientôt regarder sa propre vie (et son boyfriend), d’un autre œil.

MON AVIS :

Les deux vies de Charlotte Merryweather fait partie des romans que j’ai emprunté à ma médiathèque. Je ne connaissais rien du roman, mais la chick-lit étant un de mes genres favoris, il n’a pas fallu grand chose pour que je reparte avec.

Nous faisons la connaissance de Charlotte, jeune trentenaire qui mène une vie plan-plan qui est le mantra de beaucoup : métro-boulot-dodo. Charlotte, c’est une mordue de travail, qui ne souffle jamais, qui en plus est hypocondriaque et fait des allergies alimentaires vraiment bizarres. Sa vie est réglée sur du papier à musique et Miles, son petit-ami, fait tout pour que cela reste ainsi.

Curieusement, un jour, en voiture, elle va apercevoir une Coccinelle qui ressemble à deux gouttes d’eau à la sienne quand elle avait 21 ans. Elle décide alors de suivre cette voiture qui l’amène, là où elle habitait à 21 ans et fait la connaissance d’elle-même à 21 ans. Autant dire que la Charlotte-des-21-ans n’a rien avoir avec la Charlotte-des-31-ans. Si l’une fume comme un pompier, l’autre fuit la cigarette comme la peste. Vous voyez le genre ? Totale opposition. Ce que j’ai trouvé dommage, c’est la façon dont on nous fait comprendre comment elle a changé. J’ai trouvé ça trop direct et j’aurais aimé avoir plus d’explications.. 

Grâce à cette rencontre, Charlotte va vouloir modifier la vie de Charlotte-des-21-ans, mais elle va se rendre compte que ça ne se passe pas comme ça. Outre les complications temporelles (ça, on ne l’aborde pas. Je ne pense pas que l’auteure y est pensé), il s’avère que la jeune Charlotte (oui, c’est moins long que le pseudo à rallonge hein !) est têtue comme une mule et au contraire, c’est Charlotte qui va se rendre compte des erreurs qu’elle a commise dans le passé comme : Rencontrer le merveilleux garçon qui est amoureux d’elle, mais qui n’ose pas lui parler.

Parce qu’évidemment, c’est un roman d’amour,  un roman où Charlotte va relativiser sur sa vie et faire un bon coup de ménage. Et tout ça je l’ai apprécié. Je vous avoie avoir eu du mal avec le côté moralisateur de Charlotte qui survient par moment. Genre Madame-Je-Sais-Tout-Et-J’ai-Raison (c’est la journée des surnoms à rallonge !) et heureusement qu’il y avait de l’humour, sinon, je pense que j’aurais fermé le bouquin car ça aurait fini par être lourd. 

Pour conclure, c’est un bon moment que l’on passe avec Charlotte. Il y a pas mal d’humour, on sait comment cela va se terminer, mais ça reste très sympa. Une bonne lecture détente.

note - 4 popcorn

PS. La patate sur la peau pour faire sortir la chaleur d’un coup de soleil marche super bien ! Merci les recettes des vieilles mémés. Sur ce, j’y retourne. Bisous mes popcorns. 

 

Publicités

13 réflexions au sujet de “Revue n°28 – Les deux vies de Charlotte Merryweather d’Alexandra Potter”

    1. Hihihi, la diablesse est de retour pour te jouer des mauvais tours (comment ça c’est Pokémon ?!)
      Tu me diras si tu le trouves encore, il est sorti en 2011 chez France Loisirs me semble 🙂
      Merci, ça va ça a ENFIN bronzé ! Je te jure, d’habitude je deviens noire direct.. Ma peau veut ma peau je crois

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s