Revue n°52 – Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd

Hello, hello les p’tits loups !

J’espère que vous allez bien en ce vendredi et que vous vous hâtez du week-end à venir. Aujourd’hui, on se retrouve pour un tout nouveau billet lecture avec Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd. Je remercie Price Minister et la librairie Chapitre pour l’envoi de ce roman dans le cadre du Match de la Rentrée Littéraire. #MRL2016

guinevere-glasfurd-les-mots-entre-mes-mains-popcornandgibberish-wordpress-preludes-instagram-photo

bannière-résumé-critique-popcornandgibberish

Quand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n’ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut-être leur avenir ? A partir d’une histoire d’amour avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse en avance sur son temps. Un roman de passion et de liberté sur fond de fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or ».

bannière-résumé-mon-avis-2-popcornandgibberish

En voilà, une jolie pépite chez Préludes ! Les mots entre mes mains est clairement un roman qui saura séduire les lecteurs appréciant les récits mêlant petite et grande Histoire. 

Notre héroïne est Helena, une jeune servante pour un libraire qui a la particularité de savoir lire et écrire. Elle n’hésite pas à se montrer inventive pour essayer de créer de l’encre à base de betterave. Son peu de savoir fait peur aux hommes lambda, mais il y a des exceptions comme Monsieur Sergeant et bien évidemment Descartes.

Au fil de la lecture, nous suivons donc l’évolution de la relation entre Descartes et Helena. Une relation qui n’est pas dans la démesure, qui oscille entre les hauts et les bas. Helena se pose beaucoup de questions autour de cette relation puisqu’elle doit rester cachée aux yeux de tous. Une relation compliquée où il va résulter un petit être du nom de Francine. Francine qui insuffle la joie et la légèreté dans ce roman. 

Si j’y ai vu quelques longueurs par moment, je dois avouer qu’à chaque fois que j’étais dans ce roman, je n’arrivais plus à le poser. Le refrain « Allez, encore un dernier chapitre et j’arrête » n’a pas trop fonctionné par ici. Les mots entre mes mains possède des moments très forts et qui ont su me toucher. Guinevere Glasfurd nous écrit une histoire fantastique avec une héroïne forte, en avance sur son temps et qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. 

Pour conclure, si vous souhaitez lire un roman passionnant, jetez-vous sur Les mots entre mes mains. Helena est une battante, une héroïne lumineuse qui saura vous emporter dans sa vie. Petit plus, également, pour les recherches de l’auteure sur cette histoire que nous retrouvons à la fin du roman. Une pépite.

note - 4 popcorn

Publicités

23 commentaires sur « Revue n°52 – Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd »

  1. Tout le monde parle de ce roman, de la romance historique ! Il semblerait que ce soit LE livre a avoir pour passer un bon weekend hivernal. j’ai vraiment envie mais je vais passer mon tour pour le moment et le garder sur ma liste afin de finir ce que je voudrais lire de ma PAL.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s