livre

Revue n°65 – La fille d’avant de JP Delaney

Hello, hello mes p’tits loups !

On se retrouve aujourd’hui pour un billet lecture avec La fille d’avant de JP Delaney. Il sort aujourd’hui donc si je vous file la fièvre acheteuse avec mon billet, au moins vous pourrez courir dans votre librairie pour aller chercher le Sésame. Quant à moi, je remercie Netgalley et la maison d’édition Mazarine pour m’avoir permis de lire ce roman. 

jp-delaney-la-fille-davant-mazarine-popcornandgibberish-wordpress-critique-avis

resume-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.

mon-avis-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de thriller et j’ai profité qu’il soit en libre accès sur Netgalley pour sauter le pas. Et je ne le regrette pas.

La fille d’avant met en scène deux femmes : Emma et Jane. Elles vont habiter une maison ultra-moderne créé par un architecte du nom de Edward Monkford. Si nous alternons les chapitres entre Emma et Jane, il faut savoir que cela se passe à deux époques différentes. Emme représente le passé tandis que Jane représente le présent. Ce sont deux femmes qui ont également besoin de se reconstruire suite à des événements tragiques. 

On entre dans l’étrange dès le départ avec ce questionnaire. Oui, pour pouvoir habiter la maison, il faut répondre à un questionnaire qui amène ensuite à un rendez-vous en face à face. Et même après, une fois la demande accordée, il y a énormément de règles à respecter. De plus, tout est régi par la technologie : on rentre ses préférences (par exemple, l’eau de la douche : très chaud) et la maison s’adapte à ça. Il s’agit d’une véritable expérience et amène un cadre plutôt froid même si le fait que la maison prenne soin des deux femmes est plutôt réconfortant pour elle.

Je ne vous dévoilerai pas l’intrigue, mais en tout cas, je suis une bonne cliente pour ce genre de roman. Je ne cherche jamais à enquêter de mon côté et me laisse prendre au jeu très facilement. Les chapitres sont courts ce qui nous permet d’entrer dans le vif du sujet. L’ambiance est pesante au fur et à mesure que nous avançons dans le roman. J’ai beaucoup aimé ce roman et j’ai trouvé les changements de point de vue utiles. Or, les situations se révèlent quasiment pareilles pour Emma et Jane alors au bout d’un moment quand on sait ce qu’il arrive à une, on le sait pour l’autre. La surprise n’est plus présente et je trouve que ça m’a gâché la fin du roman. Honnêtement, c’est le seul point négatif que je lui ai trouvé. 

Pour conclure, La fille d’avant est un très bon thriller psychologique. JP Delaney nous entraîne dans une aventure avec multiples rebondissements et nous présente deux héroïnes très similaires tout en étant très différentes. A lire !

note - 4 popcorn-vfinal-popcornandgibberish

Juste une dernière chose avant que l’on se quitte : Je participe à la Nuit des Blogs et j’ai besoin de vos votes pour le Prix du Public. Alors si vous aimez Popcorn & Gibberish, n’hésitez pas à le soutenir. 

Publicités

19 thoughts on “Revue n°65 – La fille d’avant de JP Delaney”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s