Revue n°67 – Là où tu iras j’irai de Marie Vareille

Hello, hello mes p’tits popcorn !

Je ne sais pas vous, mais en Mars, j’ai pas mal de très bonnes lectures voir des coups de coeur. Le roman que je vous présente aujourd’hui en fait partie. Evidemment, dès qu’il s’agit de Marie Vareille, mon taux de coup de cœur augmente considérablement et Là où tu iras j’irai ne fait pas exception à la règle. Je remercie Marie Vareille (pour la dédicace !) et Mazarine Editions pour l’envoi de ce roman.

marie-vareille-la-ou-tu-iras-jirai-critique-avis-mazarine-popcornandgibberish-wordpress

resume-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Isabelle rêve d’une vie d’actrice mais mène une vie lambda. Un jour, fauchée, elle accepte pour travail de séduire un jeune veuf sur le point de se remarier. Elle doit alors partir en Italie et se faire passer pour la nourrice de la famille riche famille des Kozlowski. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que les enfants lui en font voir de toutes les couleurs.

mon-avis-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Reçu jeudi, terminé samedi, autant vous dire que Là où tu iras, j’irai n’a pas fait long feu entre mes mains. En même temps, ce n’est pas ma faute si ça se lit trop vite (Marie, tu sauras que le prochain manuscrit c’est au moins le double sinon tu vas avoir un Popcorn tout rouge parce qu’elle l’aura encore fini trop vite !) et que ça relève du bonbon cette histoire. Ah oui, Là où tu iras j’irai est clairement comme le pot de Nutella : tu racles le fond jusqu’à avoir la dernière goutte.

Mais pourquoi l’ai-je autant aimé ? Parce que vous avez compris que je suis méga enthousiaste sur ce roman. Eh bien parce que Marie Vareille a su nous dépeindre une histoire pleine de pep’s et à la fois attendrissante. Isabelle, elle est trentenaire, mauvaise actrice et fauchée et elle va accepter un plan foireux d’une ado de 17 ans (Adriana) qui ne souhaite pas voir son père se remarier avec Colombe, une coach de vie super zen (je me suis imaginée Camille dans Scènes de Ménages). A elle la belle vie en Italie pendant quinze jours.

Dans cette aventure délirante, Isabelle subira les foudres de la grand-mère, les menaces d’Adriana, la haine de Zoé et une relation qui prend forme petit à petit avec Nicolas. Nicolas, personnage que j’ai eu envie de protéger envers et contre tous. Nicolas qui, depuis la mort de sa maman, ne communique plus avec les autres et est incompris. Grâce à la magie Harry Potter, un contact s’établira entre Isabelle et Nicolas et cette relation vaut tout l’or du monde sachant qu’elle n’aime pas les enfants. Il sera son exception à la règle.

Oui, car outre le postulat de départ complètement loufoque, la véritable mission d’Isabelle est de ressouder une famille après la disparition d’un être cher. Comment fait-on face à la mort ? Chacun réagit différemment, attend une réaction de l’autre qui ne vient pas et cela crée des malentendus énormes qui peuvent détruire les relations. Marie Vareille a su retranscrire tout ça avec à la fois beaucoup d’humour et aussi beaucoup d’humanité. Au cours de ces 361 pages, il est aussi question pour Isabelle de grandir, se poser les bonnes questions que ce soit sur sa vie, son parcours professionnel. Et vous verrez qu’elle fera du chemin cette petite !

Alors voilà pourquoi ce roman m’a enchanté de bout en bout. J’ai bien essayer de lire un chapitre, le reposer, le reprendre et lire un autre chapitre.. Ça a duré sur les deux premiers.. Au troisième, j’étais mordue et c’était impossible de le lâcher. On rit, on est ému, on vit en lisant cette histoire. Alors foncez, n’hésitez pas à lire cette histoire qui pétille et dites-moi vos avis !

note-5-popcorn-vfinal-popcornandgibberish

Juste une dernière chose avant que l’on se quitte : Je participe à la Nuit des Blogs et j’ai besoin de vos votes pour le Prix du Public. Alors si vous aimez Popcorn & Gibberish, n’hésitez pas à le soutenir. 

Publicités

28 commentaires sur « Revue n°67 – Là où tu iras j’irai de Marie Vareille »

  1. Ce livre me tente vraiment, déjà parce que j’adore la couverture et le titre, et maintenant parce que ce que tu en dis donne vraiment envie de découvrir ce roman !
    Pour l’instant, je viens de prendre « Je peux très bien me passer de toi » à la bibliothèque et j’ai hâte de découvrir cette auteure que je ne connais pas encore.

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai demandé sur Netgalley, je croise les doigts ! Il me fait vraiment de l’œil celui-là.
    Je connais assez mal le travail de Marie Vareille puisque je n’ai lu que « Elia, passeuse d’âmes » (que j’avais beaucoup aimé mais ce sont deux genres très différents). Il faut que j’achète « Je peux très bien me passer de toi » aussi. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Je n’ai encore rien lu de cette auteure, mais il faudra que ça change. Globalement (et même on peut enlever ce « globalement ») toutes les lectures que j’ai choisies après avoir lu tes chroniques, m’ont méga bottée… Donc là encore je pense que je vais te faire confiance ! Et puis encore une fois, c’est un livre avec de l’Italie dedans, mamma mia ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s