livre

Revue n°70 : Miss Cyclone de Laurence Peyrin

Hello, hello mes p’tits loups !

Une semaine après sa sortie en librairie, je vous propose un billet littéraire avec Miss Cyclone de Laurence Peyrin. Sur le blog, je vous en ai beaucoup parlé (c’est bien simple dès que je peux caser La drôle de vie de Zelda Zonk, je le fais) et je crois qu’avec ce roman, on va être sur la même lancée. 

laurence-peyrin-miss-cyclone-calmann-levy-popcornandgibberish-wordpress-critique-avis

resume-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

A l’ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible. A l’ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible.

mon-avis-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Entre Laurence Peyrin et moi, ça a commencé il y a presque deux ans. Son roman La drôle de vie de Zelda Zonk était exposé dans ma librairie et sa magnifique couverture m’a tout de suite attirée. Et ce roman m’a achevé à sa lecture. Il est devenu un de mes romans favoris parmi tous les favoris. Quelques mois après, j’ouvre le blog, je vous en rabats les oreilles et, il y a tout juste un an, j’apprends qu’il existe une suite intitulée Hanna (qui sort en poche aujourd’hui les amis !). Ni une, ni deux, je fonce et j’achète. Et si avec le premier, elle avait brisé mon p’tit cœur de romantique, Laurence Peyrin a su le reconstruire avec le deuxième. Toute cette longue introduction pour vous dire que Miss Cyclone était attendu mais aussi craint. J’avais peur que la magie n’opère pas, que je ne m’attache pas à Angela et June. Que nenni ! Laurence Peyrin m’a encore bien eu.

Mais commençons par le commencement, je vous prie. Miss Cyclone nous raconte l’histoire de deux amies : Angela et June. Si elles sont à l’opposée l’une de l’autre, leur amitié est indestructible. Laurence Peyrin nous propose de les suivre à partir du décès de John Lennon jusqu’au 11 Septembre. 4 événements marquants aux Etats-Unis vont avoir lieu et qui vont résonner dans la vie de ces deux femmes.

Comme pour La drôle de vie de Zelda Zonk, il va être question de remise en question, chercher sa voie. J’ai d’ailleurs trouvé le personnage d’Angela assez proche de ce qu’est Hanna même si leurs vies sont complètement différentes. Si le résumé du roman nous annonce deux personnages, pour moi, le personnage sur lequel nous allons être focalisé est Angela. Et croyez moi, elle va en baver pendant le roman, Laurence Peyrin ne lui donne pas une vie facile. 

Pourtant, malgré toutes les embuscades qu’elle connaît sur sa route, l’autrice nous instille de l’espoir et donne à son héroïne une revanche sur la vie, sur sa vie. Quant à June, si différente d’Angela, on y découvre une femme blessée derrière sa coquille détachée et parfois froide. Si Angela pense vrai à la fin du roman (et ça seul Laurence Peyrin pourra nous le dire), je trouve que June lui aura fait le plus beau cadeau. Même si quelque part, cela ne rendra pas le personnage plus sympathique…

Encore une fois, Laurence Peyrin m’a emmené avec elle et j’ai été enchantée du voyage. Balader à Coney Island et à New York, je me suis vue aller chercher des bonbons et faire un tour sur les montagnes russes. J’ai, encore une fois, terminé le roman en versant quelques larmes et comme pour Hanna, Angela m’a suivi pendant quelques jours. C’est bien simple, depuis, je lis comme une tortue, impossible d’avancer. 

Pour conclure, bien évidemment que je vous dirais de foncer lire les mésaventures d’Angela et d’y apprécier sa revanche. Bien évidemment, la plume de Laurence Peyrin y est pour quelque chose et si vous l’avez aimé avec La drôle de vie de Zelda Zonk, vous l’aimerez ici aussi. Je craignais de passer à côté de ce roman, mais vraiment, Laurence Peyrin, vous m’avez bien eu. 

Ah et si jamais, mais ça m’étonnerait hein, je ne t’ai toujours pas convaincu de lire La drôle de vie de Zelda Zonk et Hanna (sortis en poche LES DEUX !), voici mon billet. Et non, je ne suis pas payée par qui que ce soit pour dire autant de bien de ces romans. Promis. 

note-5-popcorn-vfinal-popcornandgibberish

Publicités

15 réflexions au sujet de “Revue n°70 : Miss Cyclone de Laurence Peyrin”

  1. La couverture de celui-ci est super jolie ! Elle m’attire bien et vu ce que tu en dis, ça m’attire encore plus. Comme pour les deux autres d’ailleurs. Je note ça dans un coin de ma tête ! 😉

    J'aime

  2. J’ai lu Zelda Zonk et j’avais été intriguée mais déçue par la fin, il faut que j’achète Hanna en poche pour découvrir le fin mot de cette histoire. En ce qui concerne celui-ci, il m’attire également beaucoup, encore plus après ta chronique 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s