[#71] Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai

Hello, hello mes p’tits popcorns !

Aujourd’hui, nouveau billet littéraire et on s’envole en Iran. Le roman mis à l’honneur aujourd’hui est Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai. Je remercie les éditions 10-18 pour l’envoi de ce roman. 

vivre-et-mentir-a-teheran-ramita-navai-1018-editions-roman-poche-avis-critique-popcornandgibberish-wordpress

resume-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Il y a Dariush, un terroriste repenti ; Farideh, une femme divorcée ; Bijan, un trafiquant d’armes ; Leyla, une actrice porno, ou encore Somayeh, une jeune fille amoureuse d’un play-boy. Tous arpentent l’avenue Vali Asr, coeur vibrant de Téhéran. Tous témoignent de la réalité complexe de leur ville, où la duplicité règne en maître. Car mentir, c’est aimer, survivre ou se révolter ; c’est, surtout, exister. À travers ces différents protagonistes, Ramita Navai dresse le portrait intime d’un Iran écartelé entre soif de modernité et répression absolue, où le mensonge est devenu un art de vivre.

mon-avis-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

J’adore les romans comme Vivre et mentir à Téhéran car ils nous permettent d’apprendre véritablement le contexte et l’histoire d’un pays. Ici, Ramita Navai nous propose 8 portraits d’iraniens très différents les uns des autres.

Selon les portraits, nous avons des récits plus ou moins courts. Des récits qui sont romancés, mais qui ont véritablement existé. Ramita Navai explique que c’est tiré d’histoire vraies, mais que pour protéger les véritables personnes, elle a dû romancer ces histoires. J’ai également beaucoup apprécié tous les repères historiques en fin de roman et le plan de Téhéran au tout début. En effet, tout le long de la lecture, on nous donne énormément d’informations et c’est très sympa de pouvoir se référer aux annexes pour faire le tri et bien se situer.

C’est un roman que j’ai dévoré même si il faut l’avouer, il faut bien être éveillé pour bien cerner les enjeux des différentes histoires. Elles sont toutes plus intéressantes les unes que les autres même si dans les portraits un peu long, on peut y voir des digressions sur des personnages annexes. 

Comme pour Mille soleils splendides, je pense que Vivre et mentir à Téhéran est important à lire pour comprendre les enjeux d’un pays méconnu. C’est un roman que je conseille fortement à toutes les personnes intéressées par l’histoire d’un pays, par des personnages qui ne sont ni tout blanc, ni tout noir, mais qui cherche à survivre dans leur propre pays. 

note - 4 popcorn-vfinal-popcornandgibberish

Publicités

13 commentaires sur « [#71] Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai »

  1. Je m’intéresse beaucoup à l’Iran. J’ai lu quelques livres sur ce pays, notamment les mémoires de la femme du dernier Shah d’Iran, et depuis c’est un thème qui m’intéresse. Je te conseille les Pintades à Téhéran, un guide culturel passionnant. 🙂 Et moi je vais noter ce roman dans ma liste d’envies. 🙂 Bisous

    Aimé par 1 personne

      1. Les Pintades ce sont des livres vraiment sympas, entre le guide culturel et le livre humoristique. Il en existe pour différentes villes. J’ai lu Londres et NY aussi. En fait, ils détaillent la vie des femmes dans ces villes, leurs bonnes adresses, leurs habitudes. C’est super sympa à lire, et enrichissant. 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s