Challenge

Week-end à 1000 : Qui en est ? #4

Hello, hello mes p’tits loups !

Enfin le week-end arrive et avec lui trois jours complets dédiés à la détente. Et je vous avoue que j’en ai bien besoin après cette semaine très stressante. Et au milieu de cette détente, il y aura le Week-end à 1000 ! Eh oui, après plusieurs mois où je l’ai mis sur la touche, je retourne sur le ring. Même si, avouons-le, je ne le réussirais pas parce que comme par hasard, mille trucs vont avoir lieu, j’ai bien envie de m’octroyer un petit temps lecture.

Mais kézako le week-end à 1000 ?

Alors non, ce n’est pas un week-end où on se réunit et si on est 1000, on a gagné. C’est seulement un challenge de la durée du week-end où nous devons lire un total de 1 000 pages. Un gros week-end rempli de lecture, voilà de quoi clôturer ces vacances avec plaisir !

Le challenge a été créé par la blogueuse et booktubeuse Lili Bouquine. Il existe une page FB où nous présentons les romans choisis ainsi que notre avancée dans notre challenge. On suit le challenge des autres, on n’hésite pas à commenter, encourager, tout ça dans la bonne humeur.

Et ma PAL ?

J’ai énormément de romans à lire entre ce que je reçois et mes achats. J’ai actuellement deux romans en cours que j’aimerais terminer. 

Couverture Un dernier verre au bar sans nom

Un dernier verre au bar sans nom – Don Carpenter – 480p. 

[NOMBRE DE PAGES RESTANTES : 330 pages]

Oeuvre posthume, «Un dernier verre au bar sans nom» met en scène un couple d’écrivains, Jaime Froward et Charlie Monel, depuis leur rencontre à l’université jusqu’au moment de leur séparation, une quinzaine d’années plus tard. Tableau de la vie littéraire sur la côte Ouest des Etats-Unis au tournant des années 1960-70, le roman concentre la plupart des thématiques chères à Carpenter : comme «Sale Temps pour les braves», le livre présente un épisode carcéral ; comme dans «Deux Comédiens», Hollywood y apparaît dans sa démesure et sa folie ; comme dans tous ses romans, la fragilité des destins humains et l’angoisse de la perte, la dépression et la nécessité de faire face apparaissent comme les motifs majeurs de ce livre – avec, comme un corollaire inéluctable, comme une évidence bien ancrée au cœur de ces vies : l’alcool. Le livre s’ouvre sur la gueule de bois consécutive au mariage express de Jaime et Charlie, et s’achève sur ces mots « il lui restait beaucoup de verres à boire ». La publication de ce roman demeuré inédit vingt ans après la mort de l’auteur, dont l’édition a été confiée à Jonathan Lethem, a fait événement aux Etats-Unis.

Couverture Sous la même étoile

Sous la même étoile – Dorit Rabynian – 391p.

[NOMBRE DE PAGES RESTANTES : 211 pages]

Tout commence par le froid glacial d’un hiver à New York et tout se termine sur le sable brûlant des plages de Jaffa. Le hasard a fait se rencontrer et s’aimer une femme et un homme qui ne se seraient jamais adressé la parole dans d’autres circonstances. La femme, c’est Liat, une Israélienne dévorée par une nostalgie profonde de Tel Aviv. L’homme, c’est ‘Hilmi, un peintre palestinien originaire de Ramallah. À New York, espace neutre hors du temps et de la politique, Liat et ‘Hilmi décident de s’immerger, le temps d’un hiver, dans un amour impossible. Commence alors une vie commune dont la date d’expiration se rapproche chaque jour un peu plus. Dans cet univers clos qu’ils se sont créé, Liat et ‘Hilmi ont décidé d’ignorer les à-côtés, les différences et les fissures. Mais la réalité finit toujours par s’imposer…

Couverture Long Island

Long Island – Christopher Bollen – 656p. 

Orient, petite bourgade idyllique à la pointe de Long Island, est un lieu sublime à la nature sauvage. L’été, au grand dam des locaux, elle est néanmoins envahie de New-Yorkais fortunés. Paul, un architecte quinquagénaire propriétaire d’une immense villa, vient y passer ses vacances accompagné de Mills, un jeune fugueur pour qui il s’est pris d’affection.
C’est alors que de sombres événements viennent chahuter la sérénité d’Orient : le corps d’un résident est retrouvé dans la baie, puis un mystérieux incendie fait des ravages… Dans ce huis clos inquiétant où la psychose se propage, tous les regards se braquent aussitôt sur le seul « outsider » : Mills. Beth, une autochtone de retour de Manhattan après y avoir échoué en tant qu’artiste, va tenter de découvrir la vérité avant que les habitants ne fassent du jeune intrus le coupable idéal.
Entre rivalités des classes et vision désenchantée de Manhattan en miroir, Long Island prend la forme d’une aventure tragique au bord de l’océan dans une atmosphère qui fait écho à Patricia Highsmith.

La tresse

La tresse – Laetitia Colombani – 224p.

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Ces quatre romans me donnent un total de 1 421 pages. Ce serait génial si j’arrivais à lire tout ça très rapidement !

Et vous, vous participez au challenge ?

 

Publicités

33 thoughts on “Week-end à 1000 : Qui en est ? #4”

  1. Je ne pense pas lire beaucoup beaucoup ces 3 jours. Autant je lis énormément en semaine, autant le weekend finalement, je lis moins, ou juste pareil qu’en semaine, le soir.^^ Je sors plus, je fais les courses etc… 🙂 Bonne lecture à toi. Profite bien !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s