Tunnel : Quand le cinéma coréen s’attaque au film catastrophe !

Hello, hello mes p’tits popcorn’s !

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler cinéma ! Et ca faisait un moment puisque le dernier article ciné hors Popcorn Ciné Club est celui sur La la land. Cette fois, on s’envole en Corée du Sud avec Tunnel de Kim Seong-hun. Attention, risque de spoilers.

Tunnel est le deuxième film de Kim Seong-hun, le premier étant l’excellent Hard Day. Cette fois, nous faisons la connaissance de Jung-soo (Ha Jeong-woo) qui rentre fêter l’anniversaire de sa fille. Sur la route, en passant sous un tunnel, celui-ci s’effondre. Si au début, ses chances de survie semblent de bon augure, au fur et à mesure cela s’amenuise. Alors oui, le pitch tient sur une serviette en papier et Kim Seong-hun ne s’embête pas à nous donner un cadre à son héros. Dès les cinq premières minutes, Jung-soo est déjà dans le tunnel avec pour survivre le gâteau à la crème de sa fille et deux petites bouteilles d’eau.

Tunnel : Photo

Mais au-delà de ce pitch, le réalisateur souhaite nous montrer un autre visage : celui de la société. Au début, il s’agit d’une immense catastrophe : la chute d’un tunnel (alors qu’il a été fini récemment) et un homme coincé en-dessous. Les premiers auxquels le réalisateur s’attaque sont les médias. On assiste même à une scène ahurissante où les secours essaient d’évaluer où le tunnel s’est exactement écroulé avec un drone et que deux secondes après, tous les journalistes pilotaient leurs propres drones pour suivre celui des secours. Il y a une véritable critique de cette presse sensationnelle et il est personnifié par Dae-kyung (Oh Dal-su), le secouriste qui essaie de sauver Jung-soo du mieux possible. Ensuite vient la critique de la population et des politiciens. Pour des raisons que je vous laisse découvrir en regardant le film, tout ne va pas se passer comme prévu. Le sauvetage de Jung-soo prend énormément de temps et au fur et à mesure, d’autres événements deviennent plus importants que cet accident de tunnel. Les politiciens s’en désintéresse, le riche magnat qui construit le deuxième tunnel juste à côté du premier perd de l’argent et demande à reprendre les travaux et pire, la population s’attaque à la famille de Jung-soo en les insultant d’égoïste car elle se bat pour le sauver. Même si ils ne sont pas sûrs de le trouver vivant.

Tunnel : Photo

Tunnel est donc un film plus profond qu’il en a l’air et qui donne à réfléchir sur nos comportements et de ceux qui nous entourent. En terme de réalisation, Kim Seong-hun nous donne des plans travaillés comme c’était déjà le cas pour Hard Day. La photo est aussi très jolie et travaillée (cf l’image ci-dessus sur les ombres). Les bémols viendront sur les raccords objets qui sont parfois étranges, mais pour un raccord en particulier, je pense que l’objet devait gêner dans le cadre qui est souvent exigu. Il y a également quelques longueurs par moment, mais j’avoue ne pas y avoir prêté trop attention. J’étais vraiment dans le film et je voulais savoir jusqu’au bout ce qui allait arriver à notre héros. J’ai également beaucoup aimé retrouver Doona Bae aka Sun dans Sense8. Elle campe un personnage très différent de Sun et j’ai aimé trouver une autre palette dans son jeu d’acteur. 

En bref, Tunnel m’a fait passer un bon moment de cinéma. Au-delà d’un synopsis plutôt bref, Kim Seong-hun nous livre un film avec un message plus profond et nous questionne face à nos comportements. Tunnel est un film qui est techniquement bien travaillé malgré quelques bémols au niveau des raccords et quelques longueurs.

note - 4 popcorn-vfinal-popcornandgibberish

 

Publicités

8 commentaires sur « Tunnel : Quand le cinéma coréen s’attaque au film catastrophe ! »

  1. Ah je suis très contente de lire un article sur ce film ! Je l’ai vu il y a quelques temps au festival du cinéma de ma ville et j’avoue que j’avais été totalement scotchée. Comme tu dis, c’est un film vraiment intéressant sur le comportement humain face à une telle catastrophe et autant on trouve du bon dans le secouriste, autant les autres laissent un goût terriblement amer. J’ai trouvé les acteurs incroyables et Donna Bae est magique comme d’habitude ! Si tu ne l’as pas vu, elle a également joué dans le film Cloud Atlas (un peu régal) des même réalisatrices que Sense 8 (c’est pour ça qu’il est génial xD).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s