PAL

Dans ma PAL : Juillet 2017

the-new-you

Hello, hello mes p’tits popcorn’s !

En faisant l’article bilan d’hier, j’ai été ravie de voir que j’avais plus lu que d’habitude en Juin. J’espère que j’arriverais à faire autant ce mois-ci. Comme tous les mois, j’ai pas mal reçu de romans et ma CB a été dégainé comme Lucky Luke sait le faire avec son pistolet, dès qu’un roman m’a attiré l’œil. Bref, tout cela pour vous dire qu’encore une fois, nous avons un book-haul bien chargé. 

ajouts-bibliotheque-pal-popcornandgibberish-wordpress

  • Nous sommes tous des féministes de Chimamanda Ngozi Adichie
  • Quelque chose de bleu de Blandine P. Martin
  • Quand soufflera le vent de l’aube de Emma Fraser
  • Ma vie, mon ex et autres calamités de Marie Vareille
  • Les vacanciers de Emma Straub
  • Le manoir de Tyneford de Natasha Solomons
  • Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald
  • Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu
  • La Passe-Miroir, T3 La mémoire de Babel de Christelle Dabos
  • Inaccessibles, T1 La tour aux mille étages de Katharine McGee
  • J’envisage de te vendre de Frédérique Martin
  • Modern Lovers de Emma Straub
  • La mélodie des jours de Lorraine Fouchet
  • Le chant de la dune de Lorraine Fouchet
  • Guide à l’usage des jeunes femmes à bicyclette sur la route de la soie de Suzanne Joinson
  • Le défilé des vanités de Cécile Sepulchre
  • La reine et moi de Sue Townsend
  • La ronde des désirs impossibles de Paola Calvetti
  • Raison et sentiments de Jane Austen
  • Les Mandible de Lionel Shriver
  • La carrière du mal de Robert Galbraith
  • Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie
  • Mrs Bridge de Evan S. Connell
  • Mr Bridge de Evan S. Connell
  • Belgravia de Julian Fellowes
  • L’improbabilité de l’amour de Hannah Rothschild
  • Des femmes remarquables de Barbara Pym
  • Au nom des nuits profondes de Dorothée Werner
  • Les jours d’après de Kristin Harmel
  • Histoire d’une mère de Amanda Prowse
  • Meilleurs voeux des Gillespie de Monica McInerney
  • Quelques jours de nos vies de Clare Swatman
  • Une histoire trop française de Fabrice Pliskin
  • Mon projet bonheur de Christine Michaud
  • Les délices de Tokyo de Durian Sugekawa

*Les titres en orange sont ceux que j’ai lu. Certains sont déjà chroniqués.

SP-netgalley-popcornandgibberish-wordpress

Une histoire trop française de Fabrice Pliskin

«  C’est le triste particularisme de notre entreprise. Nous pratiquons le mensonge et la fraude. »
Fondée par un homme de gauche, la société Jodelle Implants vend des prothèses mammaires aux femmes du monde entier. Véritable «  laboratoire d’innovation sociale  », elle se distingue par la diversité de ses employés, ses hauts salaires ou sa crèche d’entreprise. Ici, chaque matin, le PDG envoie aux cent vingt salariés un poème de La Fontaine ou de Rimbaud.
Lorsque Louis Glomotz, critique littéraire au chômage, y trouve un emploi, il est loin de se douter que cette façade humaniste cache une réalité toxique, et qu’il va se retrouver au cœur d’un scandale sanitaire mondial.
Inspiré de faits réels, innervé par une ironie tragique, Une histoire trop française, entre thriller industriel et précis de psychopathologie du salarié, pose une question  : peut-on vraiment faire confiance à ceux qui nous veulent du bien  ?

Quelques jours de nos vies de Clare Swatman

Zoe et Ed étaient prédestinés à s’aimer. Aujourd’hui, en couple depuis vingt ans, ils traversent côte à côte les plaines et les sommets de la vie conjugale. Comme un couple de vingt ans, ils s’embrassent tous les matins. Sauf que ce matin-là, Zoe est excédée et envoie balader Ed… qui meurt, fauché par un bus. Comment Zoe pouvait-elle savoir que c’était la dernière fois qu’elle le voyait ? Mais était-ce vraiment la dernière… ?
Quelque temps plus tard, Zoe se réveille dans sa chambre de jeune fille. La vie semble lui avoir offert une seconde chance : revivre les moments les plus importants de son histoire avec Ed. Et les revivre en mieux, afin d’en changer le destin…
Dans ce roman chatoyant d’émotion, Clare Swatman brosse le portrait d’un homme et d’une femme et interroge les ressorts du couple, confronté aux problématiques du deuil ou de l’infertilité. Quelques jours de nos vies séduira toutes celles et tous ceux qui n’ont pas honte de pleurer en lisant un bon roman. Préparez vos mouchoirs !

SP-1018-editions-popcornandgibberish-wordpress

Mr Bridge & Mrs Bridge de Evan S. Connell

Mr. Bridge et son pendant, Mrs. Bridge, forment une oeuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d’après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers. Portée par une écriture d’une précision redoutable, un ton à l’élégance distanciée et une construction virtuose, une redécouverte à la hauteur de celle d’un Richard Yates avec La Fenêtre panoramique ou d’un John Williams avec Stoner.

[Info du CM de 10/18 : Il faut d’abord lire Mrs Bridge et ensuite Mr Bridge !]

Couverture Belgravia

Belgravia de Julian Fellowes

Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l’une des plus tragiques de l’histoire. Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l’intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements. Mais dans un monde en mutation où l’aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges…Amours contrariées, intrigues entre classes sociales, sans oublier le rôle des domestiques : on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme de l’auteur de Dowton Abbey.

Couverture L'Improbabilité de l'Amour

L’improbabilité de l’amour de Hannah Rothschild

Londres, de nos jours
Le jour où Annie McDee, jeune cuisinière sans le sou, débarque dans la boutique crasseuse d’un antiquaire, à la recherche d’un cadeau pour son petit-ami, elle ne se doute pas que : 1) son petit-ami va la plaquer ; 2) la toile poussiéreuse de 45×60 cm, qu’elle vient d’acquérir pour £75, scellera à jamais son destin.
Car ce qu’Annie transporte dans un sac en plastique n’est pas une vague croûte. C’est un chef-d’œuvre mythique du XVIIIe siècle, une toile réalisée par le maître français Antoine Watteau ; un tableau intitulé L’Improbabilité de l’amour, qui a connu les salons des plus grands de ce monde avant de disparaître mystérieusement au milieu du XXe siècle, pour réapparaître tout aussi inexplicablement dans cette boutique miteuse…
Interpellée par la beauté du tableau, Annie s’interroge : que tient-elle réellement entre ses mains ? Aidée de Jesse, un jeune guide passionné, et d’une spécialiste de Watteau, la modeste cuisinière au cœur tendre entreprend de découvrir la secrète et terrible histoire de cette toile. Et se retrouve catapultée dans les arcanes du monde de l’art…
Oligarque russe, rappeur esthète, roi du pétrole, star du sport, marchand d’art sans scrupules, collectionneurs de tous bords, tous nourrissent le même fantasme : faire main-basse sur l’inestimable chef-d’œuvre. 
Tous les coups sont permis ; tous les rêves sont possibles… Mais si L’Improbabilité de l’amour a le pouvoir de changer la vie de celui qui la possède, elle peut également rendre fou celui qui la convoite.

SP-belfond-popcornandgibberish-wordpress

Couverture Des femmes remarquables

Des femmes remarquables de Barbara Pym

Des femmes remarquables passe, en Angleterre, pour l’un des meilleurs crus, et à juste titre. Mildred Lathbury, qui s’épuise elle-même par son excès de vertu et contemple avec consternation les reflets gris et ternes que lui renvoient les miroirs du presbytère trop assidûment fréquenté, est l’un des personnages paradoxalement les plus réussis de Barbara Pym. Son drame ? Être une chic fille qui sait prêter aux autres une oreille trop aisément compatissante et qui a toujours une bouilloire sur le feu pour le thé quand on sonne à sa porte.

Couverture Les Mandible

Les Mandible, une famille, 2029-2047 de Lionel Shriver

Nous sommes en 2029, les États-Unis traversent une crise sans précédent. Les désastres écologiques successifs ont vidé le pays de ses ressources naturelles. La dette nationale a explosé, la Banque centrale n’arrive plus à produire assez de billets, le dollar dévisse, remplacé sur les marchés internationaux par une devise sino-russe. Jadis superpuissance, les États-Unis sont devenus un État paria, au grand bonheur de Poutine, bien entendu toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible tirent le diable par la queue. Un chou se négocie à quarante dollars, la viande n’est plus qu’un lointain souvenir, l’eau se fait rare, même le papier-toilette est rationné. Ils tiennent encore, ont toujours un toit sur la tête, ça pourrait être pire…
C’est alors que le Président déclare le pays en faillite.
L’or des particuliers est réquisitionné, salaires et pensions sont gelés, les comptes sont vidés. Soudain, pour les Mandible, il ne s’agit plus de débrouillardise mais bien de survie. Combien de temps avant que la solidarité ne laisse place à la colère, à la haine ? Combien de temps avant que la famille ne s’écroule, comme le reste du monde qui l’entoure ?

sp-michel-lafon-popcornandgibberish-wordpress

Couverture Inaccessibles, tome 1 : La tour aux milles étages

Inacessibles, T1 La tour aux mille étages de Katharine McGee

New York est à la pointe de l’innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal. 
Jusqu’au jour où une jeune femme tombe du millième étage… 
Qui a pu accéder à cet étage? Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux… 
• L’image parfaite de Leda Cole cache une addiction à une drogue qu’elle n’aurait jamais dû essayer et à un garçon qu’elle n’aurait jamais dû toucher. 
• La vie merveilleuse et sans problèmes d’Eris Dodd-Radson vole en éclats quand une horrible trahison brise sa famille. 
• Le travail de Rylin Myer dans l’un des plus hauts étages la propulse dans un monde – et une histoire d’amour – qu’elle n’aurait jamais imaginé. Mais que lui coûtera cette nouvelle vie ? 
• Watt Bakradi est un génie de la technologie qui cache un lourd secret : il sait tout sur tout le monde grâce à une IA qu’il a créée. Pourtant quand il est engagé par une fille des étages supérieurs pour espionner un garçon, il se retrouve piégé dans une toile de mensonges inextricable. 
• Et vivant au-dessus de toute cette agitation, Avery Fuller, génétiquement créée pour être parfaite. Celle qui semble tout avoir est pourtant tourmentée par la seule chose qu’elle n’aura jamais…


En plus de ces romans, j’aimerais profiter de ces deux mois d’été pour vider ma PAL SP qui s’est accumulée pendant l’année. Et si j’ai le temps, lire les romans qui me font beaucoup envie dans ma bibliothèque. 

Et vous, qu’avez-vous prévu de lire en Juillet ?

Publicités

10 thoughts on “Dans ma PAL : Juillet 2017”

  1. Haha je me demande vraiment comment tu fais pour stocker tous ces livres x)
    L’improbabilité de l’amour a l’air vraiment chouette, je l’ajoute à ma wishlist ! 10/18 publie beaucoup de choses qui m’intéressent cette année ^^
    Pour l’instant je ne me suis pas fixée de PAL. Je vais finir les livres que j’ai dans mon tiroir bibliothèque et ceux qui m’attendent sur Netgalley. Pour le reste, j’aviserai après haha.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s