cinéma

Popcorn se fait des films : Films d’animation, SF insipide, poésie et cannibalisme.

Hello, hello mes p’tits popcorn !

On a repris du service avec Monsieur Coffee sur notre résolution 2018 et nous avons vu 5 films en 10 jours. Pas mal non ? L’occasion pour moi de faire un point avec vous sur ces derniers films vus. 

Au menu de ce Popcorn se fait des films :

  • Mute de Duncan Jones
  • La planète au trésor de John Musker & Ron Clements
  • La forme de l’eau de Guillermo del Toro
  • Lego Batman movie de Chris McKay
  • Grave de Julia Ducournau

Mute : Photo Alexander Skarsgård

Mute
Duncan Jones

Résumé : Dans un proche avenir, Leo est barman dans un Berlin en pleine ébullition. A cause d’un accident survenu dans son enfance, Leo perd l’usage de la parole et ne vit plus que pour sa séduisante petite-amie Naadirah. Quand elle disparaît sans laisser de trace, Leo se met à sa recherche et se retrouve dans les bas-fonds de la ville. Deux espiègles chirurgiens américains constituent les seuls indices qui le poussent à affronter ce milieu infernal afin de retrouver son amour.

Mon avis : Production Netflix, Mute s’inscrit dans le genre SF et thriller à la fois. Si la partie SF me faisait un peu peur (n’oubliez pas que la SF et moi, ce n’est pas le grand amour), le côté thriller me bottait bien. L’univers est visuellement attrayant (oui, même si il y a des petites choses qui m’ont chiffonnés), on ne peut pas en dire autant de l’histoire. Alexander Skarsgård joue pourtant superbement bien. La violence qui émane de lui en un claquement de doigt m’effraye. Pourtant son histoire est banale et ennuyeuse. Les antagonistes, incarnés par Paul Rudd et Justin Theroux, sont beaucoup plus intéressants et font en sorte que l’on ne s’enfuie pas en plein milieu. J’aurais également aimé un approfondissement historique parce que clairement ça se passe en Allemagne dans une communauté (?) anglophone, les gens ne peuvent pas rentrer chez eux. Pourquoi ? On ne le sait pas, on ne le saura jamais, on s’en fout car Alexander doit aller retrouver sa chérie. HA. C’est dommage parce que ça pouvait être intéressant. Au final, cela ressemble à un film basique avec un emballage coloré.

4/10 sur SensCritique

La Planète au trésor, un nouvel univers : Photo

La planète au trésor
John Musker & Ron Clements

Résumé : Jim Hawkins, un garçon de quinze ans, vit paisiblement avec sa mère dans une ville portuaire. Un jour, il tombe sur un homme gravement blessé, mais il ne peut le sauver d’une mort certaine. L’homme, du nom de Billy Bones, lui remet un orbe précieux qui contient une carte. Celle-ci mène à un fabuleux trésor de pirates, le légendaire « butin des mille mondes ».
Le docteur Doppler organise rapidement une expédition à bord du RLS Legacy, un magnifique galion de l’espace. Jim entreprend ce fantastique voyage comme mousse. Grâce aux conseils bienveillants de son ami John Silver, le charismatique cyborg cuisinier du navire, le jeune garçon devient un talentueux navigateur. Il affronte, avec les autres membres de l’équipage, les supernovas, les trous noirs et les terribles tempêtes du cosmos. Mais il découvre bientôt que son vieil ami Silver est en fait un pirate qui complote une mutinerie.

Mon avis : La planète au trésor est un film d’animation que je n’avais jamais vu alors quand on l’a trouvé chez Monsieur Gibert pour deux petits euro, nous n’avons pas hésité à l’acheter. L’histoire est bien sympathique. Des scènes m’ont fait rire aux éclats et j’ai été touché par ce jeune garçon qui a été abandonné par son père. Par contre, l’animation a mal vieilli. C’est un mélange de dessin 2D et 3D et ce n’est pas la meilleure idée qui soit car il y a des problèmes de proportions (entre autre !). Je ne pense pas que ce sera un Disney qui restera longtemps en mémoire, mais ça reste à découvrir !

6/10 sur SensCritique

La Forme de l'eau - The Shape of Water : Photo Sally Hawkins

La forme de l’eau
Guillermo del Toro

Résumé : Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Mon avis : La forme de l’eau fait sensation depuis plusieurs semaines car il rafle toutes les récompenses cinématographiques dont dernièrement le prix du meilleur film aux Oscars. Eh bien c’est amplement mérité. La forme de l’eau est un coup de cœur comme a pu l’être La la land, l’an dernier. Guillermo del Toro m’a emporté dans sa fable romantico-poétique entre Elisa et sa créature. Rien ne fait faux dans cette histoire que ce soit par les décors, les costumes, mais aussi par les propos. Car si l’histoire d’amour entre Elisa et cette créature des eaux peut paraître invraisembable, Guillermo del Toro arrive à nous faire y croire et à avoir de l’empathie pour ce couple parce que le thème général du film est la différence. Ainsi, dans le contexte des années 60, nous voyons la ségrégation raciale par le personnage de Zelda (Dieu que j’adore Octavia Spencer !), mais aussi l’homosexualité par Giles. Des thèmes qui ancrent dans la réalité de l’époque. La forme de l’eau prend aussi des allures de film noir par les interventions de Michael Shannon. C’est extrêmement bien réalisé, les lumières sont géniales, la direction artistique est géniale, même la bande originale m’a marqué ! C’est dire ! Un film me marque très rarement par sa musique, mais ici son thème musical est enivrant. Alors on file le découvrir avant qu’il ne soit trop tard !

9/10 et Coup de cœur sur SensCritique

Lego Batman, Le Film : Photo

Lego Batman movie
Chris McKay

Résumé : Il en rêvait depuis La Grande Aventure Lego : Batman est enfin le héros de son propre film ! Mais la situation a bien changé à Gotham – et s’il veut sauver la ville des griffes du Joker, il lui faudra arrêter de jouer au justicier masqué et découvrir le travail d’équipe ! Peut-être pourra-t-il alors se décoincer un peu…

Mon avis : Et voici le film popcorn de l’article : Lego Batman movie. A voir en VO svp car la VF gâcherait le film (c’est pas moi qui le dis mais les multiples critiques qui ont détestés le film !). Clairement, j’avais peur en le lançant au vu de ces critiques, mais il n’est vraiment pas mauvais. Bon, c’est sur qu’il n’y a plus cet effet de surprise comme avait pu l’être La grande aventure Lego mais pour autant, celui-ci reste fun et sera parfait pour se vider la tête. J’ai apprécié les multiples références que ce soit aux différents Batman (des années 60 à Nolan), aux sagas Warner (comme Harry Potter) et il se révèle touchant par l’arrivée de Robin dans l’équipe. Batman est comme dans La grande aventure Lego c’est-à-dire égocentrique, drôle et bad-ass. Il y a également beaucoup d’humour dans ce film d’animation ce qui donne un tout vraiment sympa. 

7/10 sur SensCritique

Grave : Photo Garance Marillier

Grave
Julia Ducournau

Résumé : Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

Mon avis : Je ne sais pas si je vais me faire des amis avec cette chronique. J’aurais aimé aimer Grave. Vraiment. Profondément. Je salue grandement l’initiative de Julia Ducournau de proposer un cinéma différent en France. Vraiment. Je lui salue sa réalisation qui propose, qui essaie de faire des plans différents. Mais non, ça ne suffit pas pour dire que ce film est génial/merveilleux/mettez l’adjectif que vous voulez. Ça ne suffit pas parce que du point de vue du scénario c’est faible. Et il y a une morale merdique. Je ne voulais pas être grossière, mais au bout d’un moment, il faut le dire, cette morale est merdique. J’ai mille questions en tête : pourquoi aller dans CETTE école si tout le monde savait ce qui allait arriver ? Quel est le but ? J’ai été aussi déçue que le personnage d’Adrien termine de cette façon (déjà je m’en doutais) mais surtout comment c’est montré. Genre on s’en fout. Genre c’est pas grave. On nous développe un personnage et PAF tout d’un coup on s’en fout. Et puis dire que ce film est GORE. Non mais je crois rêver ! Le truc le plus gore est quand elle se chope de l’eczéma, s’il vous plaît ! On n’est pas sur de la profusion de sang non plus. Disons-le clairement, en terme « d’horreur visuelle », on a déjà vu ça chez les Américains. Donc c’est pas ouf, je suis déçue, je vais me faire taper, mais désolée Grave est carrément surcôté.

5/10 sur SensCritique


Ce sera tout pour ce point cinéma. J’espère que l’article vous aura plu. Ne me tapez pas pour Grave (enfin par fort. Pas au point d’avoir un bleu quoi !). Allez voir La forme de l’eau. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires les derniers films que vous avez vu ! Plein d’amour. 

Publicités

9 réflexions au sujet de “Popcorn se fait des films : Films d’animation, SF insipide, poésie et cannibalisme.”

  1. J’aime beaucoup La Planète au trésor bien qu’il ait effectivement plutôt mal vieilli, et Batman Lego me fait beaucoup rire (notamment avec les références) ^^
    J’irai probablement voir La Forme de l’eau car j’aime bien les films de Guillermo del Toro, mais ce n’est pas celui que j’attends le plus.

    J'aime

  2. Je n’avais pas entendu parler de grave pour ma part, mais vu ton avis je pense que je vais laisser tomber. Par contre je risque bien de me laisser tenter par la forme de l’eau, qui a tout d’un film qui pourrait me plaire.

    Aimé par 1 personne

  3. Alors moi je trouve la morale de « La Forme de l’eau » trèèèès problématique donc je n’irai pas le voir (mais oui je sais la fin) et j’ai beaucoup aimé « Grave » en dépit de ses faiblesses car d’une part je n’aime pas le ciné d’horreur en général donc pour moi c’est largement assez sanglant, et d’autre part j’ai adoré la prestation de Garance Marillier et j’ai beaucoup aimé ce que je pense être le coeur du film : la réflexion sur comment être soi-même sans faire du mal aux autres.

    J'aime

  4. La BA de La forme de l’eau ne me tente pas plus que cela, mais je suis intrigué par tout ce tapage médiatique. A voir mais pas immédiatement.
    J’ai beaucoup entendu parler de Grave, des avis divergeants, il me tente son sujet est atypique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s