PAL

Dans ma PAL : Mai 2018

Hello, hello mes p’tits popcorn !

C’est l’heure de créer ma PAL du mois ! Qu’est-ce que j’adore créer des PAL et ne (presque) jamais les suivre, je crois que je pourrais concourir pour être championne du monde. Mais avant de faire la PAL de la mort, je vous présente comme d’habitude mon book-haul. Encore une tonne de romans ont rejoint mes étagères, je crois qu’il est définitivement impossible de faire des PAL au régime ou que sais-je encore. La mienne est bien obèse et continuera à le devenir jusqu’à qu’il n’y ait plus de place dans mon appartement. Bon deal non ? Non ? Bon, j’aurais essayé. 

Book-Haul

  • Northanger Abbey de Jane Austen
  • Les détectives du Yorkshire, T1 Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman
  • Les furies de Lauren Groff
  • Presque une histoire d’amour de Paolo Di Paolo
  • Les chasseurs de gargouilles de John Freeman Gill
  • Le mangeur de citrouille de Penelope Mortimer
  • Si j’avais su que tu deviendrais si belle (…) de Judy Chicurel
  • Les insouciants de Peter Behrens
  • La chambre d’ami de James Lasdun
  • La destinée, la mort et moi, comment j’ai conjuré le sort de S.G. Browne
  • Les cœurs fragiles de la maison bleue de Juliet Ashton
  • Un karma presque parfait de Roxane Dambre
  • Royales de Camille Versi
  • Les sept sœurs, T3 La sœur de l’ombre de Lucinda Riley
  • La lanceuse de couteaux d’Eve Borelli
  • L’art et la manière de conclure en beauté de Lauren Weisberger
  • The hate you give : la haine que l’on donne de Angie Thomas
  • La fille qui n’existait pas de Natalie C. Anderson
  • La vie pourrie d’Ellie de Lucy Vine
  • De l’infortune d’être un anglais de Marie Fitzgerald
  • Le refuge des souvenirs de Mary Marcus
  • Le faiseur de rêves de Laini Taylor
  • Mort en lisière de Margaret Atwood
  • La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne Brontë
  • Shirley de Charlotte Brontë
  • Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal
  • Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi
  • Un mari idéal de Leah McLaren
  • Les virtuoses de la Cinquième avenue de Joy Callaway
  • Dîner avec Edward de Isabel Vincent
  • Toi, moi et tout le reste de Catherine Isaac
  • La vie sauvage des femmes de Bénédicte Brézillon
  • Un manoir en Cornouailles de Eve Chase
  • Les dix vœux d’Alfred de Maude Mihami
  • Neuf contes de Margaret Atwood
  • Big bones de Laura Dockrill
  • Un jules d’exception de Marie-Claude Vincent
  • Little Monsters de Kara Thomas

*Les titres en orange sont ceux que j’ai lu. Certains sont déjà chroniqués.

NETGALLEY SP

Un manoir en Cornouailles de Eve Chase – NiL Editions

Résumé : Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais.
Cinquante ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ?
Eve Chase nous entraîne dans une passionnante spirale unissant deux femmes séparées par les années, mais que la force de l’amour et le poids des secrets réunissent en une seule voix, mélancolique et entêtante.

Big Bones de Laura Dockrill – Collection R

Résumé : Salut, moi, c’est Bluebelle, alias BB, alias Big Bones, rapport à mes « gros os ». J’ai seize ans, je suis une gourmande, et je ne m’en cache pas. En même temps, ce serait un peu difficile à dissimuler, vu mes rondeurs…
Seul souci, après une crise d’asthme, maman m’a emmenée chez un médecin qui m’a OBLIGÉE à tenir un journal de ce que je mange.
Sauf que moi, je m’aime comme je suis, et je n’ai aucune envie de guérir puisque je ne suis pas malade !

La vie sauvage des femmes de Bénédicte Brézillon – JC Lattès

Résumé : Agathe, mariée, deux enfants, working-girl aux quatre-cinquièmes, pourrait passer pour l’archétype de la bourgeoise de l’ouest parisien que rien n’émeut. Pourtant, il suffira d’une vitre de voiture fracturée, d’une épiphanie devant un épisode de Grey’s anatomy, de quelques Xanax et d’une rencontre à un vernissage pour que son savant équilibre vacille…
Et si elle avait manqué son destin  ? Et s’il n’était pas trop tard pour s’improviser femme fatale, chanteuse de karaoké ou mère Teresa  ? Rattrapée par ses rêves et ses névroses ordinaires, elle raconte l’histoire d’un fiasco qu’elle espère salvateur et qui la conduira, à coups de Martini on the rocks, de variété française, de conversations délurées entre amies et de scénarios échafaudés dans ses moments de solitude, à réinventer sa vie.
Tour à tour tendre, drôle et désespéré, La Vie sauvage des femmes est une ode à la femme d’aujourd’hui, à l’autodérision, à la fausse désinvolture et à l’imaginaire qui sauvent de tout.

Les dix voeux d’Alfred de Maude Mihami – NiL Editions

Résumé : 1970, Le Camboudin, petit village breton. Alfréd, neuf ans, a un prénom dont l’accent aigu lui déplaît, une mère qui picole trop et un grandpère qui tient à lui comme à la prunelle de ses yeux. Il adore traîner au bistrot avec ses copains, une joyeuse bande de vieux qui lui apprennent la vie. Avec l’aide de son Vénérable Papi, il va décider de passer le cap de ses dix ans en établissant une liste de voeux à réaliser avant le grand jour. Rencontrer un vrai cow-boy, boire de la trouspignôle ou encore conduire un tracteur marqueront le début d’une série d’aventures aussi rocambolesques que réjouissantes. De voeux gâchés en moments de pure félicité, il va vivre l’année la plus incroyable de sa vie.
Maude Mihami nous offre avec Les Dix Voeux d’Alfréd un premier roman d’une grande drôlerie qui pose un regard tendre sur le monde de l’enfance.

Les virtuoses de la Cinquième Avenue de Joy Callaway

Résumé : New-York, 1891
Issue d’une famille pauvre mais raffinée, Virginia Loftin est la plus audacieuse d’une fratrie de quatre sœurs et d’un frère. Elle souhaite devenir une romancière célèbre malgré son sexe et épouser Charlie, son voisin et premier amour. Mais lorsque ce dernier demande la main d’une riche héritière, Ginny est désemparée. Elle s’isole et transforme leur histoire en roman, réécrivant sans cesse une fin plus heureuse. Un jour, elle est conviée à se rendre dans un salon d’artistes, tenu par John Hopper. Dans cette assemblée, Ginny redevient elle-même et s’épanouit sous les attentions du beau et énigmatique John. Jusqu’à ce que Charlie ressurgisse dans sa vie. Une vie où les désillusions et les sombres secrets se dévoilent peu à peu…

Toi, moi et tout le reste de Catherine Isaac – Presse de la Cité

Résumé : Qui oserait arriver en retard à l’accouchement de son propre fils, le cou plein de traces de rouge à lèvres ? Adam apparemment. Pour Jess, la coupe est pleine. Elle le quitte.
Dix ans plus tard, pour exaucer l’un des derniers souhaits de sa mère, atteinte d’une maladie dégénérative, Jess accepte d’emmener William passer du temps en France avec son père, désormais l’heureux propriétaire d’un magnifique relais château près de Sarlat. Pendant toutes ces années, Adam ne s’est jamais vraiment intéressé à l’enfant.
Jess a donc une mission : faire en sorte qu’Adam et William nouent une vraie relation. Et, de préférence, en évitant de retomber amoureuse de son ex – la vie est déjà bien assez compliquée comme ça !

services de presse

Un karma presque parfait de Roxane Dambre – Calmann-Levy

Résumé : C’est décidé. Demain, Siloé, jolie brune parisienne un peu toquée et accro aux granules d’homéopathie, change de job !
Elle convoque ses meilleurs amis pour un conseil de guerre dans leur bar préféré. La jeune femme est déterminée. Mais aussi très maladroite, voire carrément gaffeuse. Et certaines choses n’arrivent qu’à elle… Comme le fait de passer un entretien d’embauche avec le psychopathe beaucoup trop charmant qui l’a menacée deux jours plus tôt (tout ça parce qu’elle l’a vaguement insulté au volant…).
Valérien, le psychopathe en question, un grand brun aux yeux bleus, affublé d’une petite soeur tout aussi gaffeuse que Siloé, expert en recrutement, lui propose un étrange marché.
Que va trouver Siloé au bout de son chemin ?

De l’infortune d’être un anglais de Marie Fitzgerald – Fleuve éditions

Résumé : Dans les environs de Vaison-la-Romaine, cinq meurtres ont été perpétrés sur des résidents anglais. À la suite d’étranges confessions très éloignées des gentils petits délits des bigotes du village, le père Benoît se trouve mêlé à cette intrigue bien malgré lui. Toujours est-il que l’affaire commence à filtrer hors des pierres de l’église… et le vieux curé est prié par son évêque de prendre un bol d’air à l’écart du confessionnal.
Son exil, le père Benoît va le vivre auprès de sa belle-soeur Zaza, membre des Amis de l’Empereur, chez qui s’invite également un neveu… qui n’est autre que le lieutenant de police appelé de Marseille pour élucider cette étrange affaire.
En attendant que l’enquête soit résolue, chacun, veuf ou voisin, suspect ou témoin, s’en donnera à coeur joie en multipliant les attaques directes ou les sous-entendus perfides… Que le meilleur gagne !
Une comédie pétillante sur un sujet épineux du plus grand sérieux : nos horripilants ennemis, les Anglais.

La chambre d’ami de James Lasdun – 10/18

Résumé : Imaginez un cadre de rêve : une luxueuse résidence d’été au milieu des montagnes.
Placez-y un trio de personnages troubles : Charlie, un riche banquier new-yorkais, sa femme Chloe et Matthew, le cousin de Charlie, un cuisinier dont l’existence part un peu à la dérive.
Le décor est posé, les pièces sur l’échiquier. En dire plus serait criminel.
Passion, drame, trahison, adultère, meurtre : rien ne manquera à votre plaisir.
Avec cette peinture d’un couple bourgeois qui, sous des apparences parfaites, recèle bien des secrets et des mensonges, James Lasdun évoque à la fois les univers de Françoise Sagan, de Claude Chabrol et de Patricia Highsmith. Autant dire que le suspense, l’intelligence et le plaisir sont au rendez-vous de ce roman aux rebondissements multiples, où chacun est à la fois coupable et victime de sa nature profonde. Un délice.

La destinée, la mort et moi comment j’ai conjuré le sort de S.G. Browne – 10/18

Résumé : Au cours des derniers millénaires, Sergio en est venu à détester son travail. incarnant le Sort, il est en charge de l’attribution des heurs et malheurs qui frappent la plupart du genre humain, les 83% qui font toujours tout foirer. Ecoeuré par l’interminable défilé de toxicomanes et de politiciens carriéristes qui lui incombent, il doit en plus subir l’insupportable bonne humeur de Destinée, responsable des Grands Hommes qu’elle guide avec une satisfaction béate vers la consécration d’un prix Nobel ou d’un titre de Meilleur Joueur du Super-Bowl. Pour aggraver les choses, il est brouillé avec la Mort à cause d’une querelle vieille de 500 ans, et ses meilleurs amis sont Paresse et Gourmandise. Et le pire de tout ? Il vient de tomber amoureux de sa voisine, Sara Griffen, une jeune mortelle dont le sort dépend de Destinée. Entamer une relation avec elle viole la règle n°1 et au moins une dizaine d’autres, déclenchant d’énormes répercussions cosmiques qui pourraient bien le priver de son immortalité… ou le conduire à un destin pire que la mort…

Le mangeur de citrouille de Penelope Mortimer – Belfond

Résumé : Dans cette tour sur la colline, il n’y avait pas d’enfants pour me conférer une identité ou mettre de l’ordre dans le chaos du temps qui passe. Il faisait très clair : l’éclat brutal du brouillard était plus net que la lumière du soleil. J’avais décroché le téléphone : il gisait sur la table comme un fœtus informe, avec son fil tordu en nœuds épais.
Profonde, violente, la confession glaçante d’une femme au bord de la folie, étouffant dans un mariage qu’elle ne reconnaît pas, perdant pied devant des enfants qu’elle ne comprend plus. Chargé d’une forte dimension autobiographique, porté par un style renversant d’intelligence, ce roman fouille les plaies de Mrs Armitage, la narratrice, mais aussi de Penelope Mortimer, l’auteur, et finalement celles de générations de femmes cherchant désespérément une échappatoire à leur condition. 
Publié en Angleterre en 1962 et chez Plon en 1964, un cri déchirant qui, aujourd’hui, est toujours plus assourdissant.

Les brumes de Key West de Vanessa Lafaye – Belfond

Résumé : Lors d’un rassemblement du Klu Klux Klan, Alicia Cortez, 96 ans, abat un homme de de sang-froid. Ce crime, elle l’assume et le revendique.
Alicia Cortez quitte Cuba pour fuir un mari violent et trouve refuge en Floride auprès de sa tante, Beatriz. Elle comprend rapidement que celle-ci dirige, non pas un salon de thé, mais une maison close. La belle Alicia trouve petit à petit sa place dans cet univers grâce à son savoir de guérisseuse. Depuis le bateau qui l’a conduite aux États-Unis, la jeune métisse s’est rapprochée de John, ténébreux vétéran qui tient le bar d’à côté. 
Mais comment s’aimer dans un pays où le racisme n’a jamais cessé d’être la norme ? Avec l’arrivée du Klu Klux Klan en ville, le drame semble inéluctable.

mes envies

The hate U give de Angie Thomas – Nathan

Résumé : Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. 
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. 
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

Le faiseur de rêve de Laini Taylor – Lumen

Résumé : C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…
Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

Le refuge des souvenirs de Mary Marcus – Charleston

Résumé : En Louisiane, en 1963, la haine est partout, mais les liens du cœur sont parfois plus forts que ceux du sang.
Mary Jacob grandit dans l’indifférence générale. Son unique confidente : Lavina, la domestique noire de la famille, qui la considère comme sa fille. Quand Lavina est tuée lors d’incidents raciaux, Mary Jacob est envoyée en pension sans que le drame soit jamais évoqué. Pour se protéger, la fillette oublie tout de cette période.
Trente ans plus tard, Mary Jacob retourne dans sa ville natale, auprès de son père mourant. Sur les traces de son passé, la jeune femme recouvrera-t-elle la mémoire ? Pourra-t-elle faire la paix avec sa propre histoire et avec Billy Ray, le fils de Lavina, blessé par le silence et les non-dits ?
Porté par trois voix uniques et bouleversantes, ce roman juste et puissant rappelle les lois raciales qui sévissaient encore récemment aux États-Unis et l’importance de retenir les leçons de l’Histoire.

Les furies de Lauren Groff – Points

Résumé : Ils se rencontrent à l’université. Ils se marient très vite. Nous sommes en 1991. A vingt-deux ans, Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire, et Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Le couple qu’ils forment est l’image-type d’un partenariat réussi. Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire.
Au terme de ce roman, la véritable raison d’être de ce couple sans accrocs réserve bien des surprises.

La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne Brontë – Archipoche

Résumé : Publié en 1848, La Recluse de Wildfell Hall, qui analyse sans concession la place des femmes dans la société victorienne, est considéré comme l’un des tout premiers romans féministes. Ce titre méconnu entretient, comme l’a souligné la critique moderne, de nombreux liens avec Les hauts de Hurlevent d’Emily Brontë. on y retrouve notamment les mêmes thèmes: alcoolisme, violence masculine corruption de l’enfance… Qui est la mystérieuse nouvelle locataire de Wildfell Hall? On ne sait pas d’où vient cette artiste qui se fait appeler Mrs Graham, se dit veuve et vit comme une recluse avec son jeune fils. Son arrivée alimente toutes les rumeurs dans la petite communauté villageoise et éveille l’intérêt puis l’amour d’un cultivateur, Gilbert Markham. La famille de Gilbert. est apposée à cette relation et petit à petit, Gilbert lui-même se met à douter de sa secrète amie. Quel est le drame qu’elle lui cache ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ?


Voilà, nous avons fait le tour de ma PAL pour ce mois-ci ! Actuellement, je lis Once and for all de Sarah Dessen ainsi qu’un livre pour mon boulot. Quelles sont vos lectures du moment ? Je vous souhaite un excellent week-end et on se retrouve lundi pour un nouvel article !

Publicités

5 réflexions au sujet de “Dans ma PAL : Mai 2018”

  1. La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne Brontë me rappelle que j’avais adorée Les Hauts de Hurlevent ! Je m’étais promis de lire d’autres romans des soeurs Brontë et je ne l’ai jamais fait. En revanche je ne m’attendais pas à ce résumé en voyant la couverture de Les furies ! ça a le mérite de m’intriguer du coup ^^
    Victoire

    J'aime

  2. ça , c’est un book haul 😉 J’ai déjà lu pour ma part la chambre d’ami de Lasdun. Je n’ai pas apprécié la lecture. Le rythme est très lent et on a du mal à savoir où veut nous emmener l’auteur. Mais je suivrai ton avis pour voir si tu es d’accord avec moi ou pas. Bonnes lectures !

    J'aime

  3. Un beau book haul 🙂
    J’ai Le faiseur de rêve en VO dans ma PAL, mais je t’avoue que la bestiole me fait un peu peur, le niveau de langue de l’auteure me semblant un peu élevé…
    Bonnes lectures !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s