livre

[#116] Les mondes de Sam de Keith Stuart

Hello, hello mes p’tits popcorn !

Il est temps de se retrouver pour une nouvelle chronique littéraire. Ces derniers temps, je lis pas mal alors j’essaie de relayer assez rapidement par ici et en même temps ne pas vous étouffer en vous proposant seulement des chroniques. En attendant, on prend la direction de l’Angleterre (toujours elle !) pour faire la connaissance de Sam dans Les mondes de Sam de Keith Stuart. Je remercie Milady ainsi que Netgalley pour l’envoi du roman.

les mondes de sam - fiche lecture.jpg

résumé

Le pédiatre nous a annoncé que Sam se situait dans la partie haute du spectre de l’autisme. Les moins atteints. Il a des difficultés de langage, redoute les interactions sociales, déteste le bruit, et devient agressif quand il a peur. Mais le message est clair : nous ne sommes pas à plaindre par rapport à d’autres parents. 

Avant, Alex et Jody s’aimaient. Mais leur couple est mis à rude épreuve depuis la naissance de Sam. Leur fils, atteint d’autisme, n’est pas un enfant comme les autres. À force de fuir ses responsabilités de père, Alex condamne Jody à porter un fardeau trop lourd, et la séparation devient inévitable. Du jour au lendemain, il se retrouve au chômage, à squatter le canapé de son ami Dan, et se sent totalement démuni quand il doit assumer la garde de son fils. Mais ce dernier va l’initier à un jeu vidéo qui va l’aider à se sortir de cette impasse : Minecraft. Ensemble, ils vont poser les bases d’un autre monde et d’une relation nouvelle.

mon avis

Les mondes de Sam est un roman feel-good qui met en avant le thème de l’autisme ainsi que la relation difficile entre un père et un fils. Sans l’attendre particulièrement, j’étais curieuse de le lire et de découvrir cette histoire qui sentait l’émotion à plein nez.

D’emblée, je me dois de vous annoncer qu’il a été difficile d’apprécier le roman à son début. J’avais envie de crier sur Alex, le papa de Sam, assez souvent. Je m’explique ! Alex se fait virer de chez lui, de son boulot, et « OH MON DIEU, MON ENFANT EST UN AUTISTE ! » .. Voilà bien la moitié du roman avant que Monsieur se bouge les fesses et décide de s’impliquer un peu plus dans la vie de son fils. Oui parce que Monsieur, ça ne le dérange pas que Jody, sa femme, s’occupe de son fils H24, mais dès qu’il doit le garder 5 minutes, il en est à avoir des sueurs froides. Et moi, ça me gêne. Ça me gêne parce que même si avoir un enfant autisme est difficile (je ne remet certainement pas en cause la maladie), un enfant ça se fait à deux et je pars du principe que ça s’assume à deux. CQFD. Bon, on lui pardonnera tout de même : il a des remords et il veut bien faire par la suite. OUF.

Bref, excusez-moi de cet égarement parce que malgré tout le roman est super chouette et que je ne voudrais pas vous dégoûter dès les premières lignes. Donc vous avez le topo de l’homme-looser qui va devoir se bouger les fesses pour remettre de l’ordre dans sa vie et cela va passer par créer une relation avec Sam. Sam qui du haut de ses 8 ans est super méga choupi. Oui, il n’aime pas l’imprévu, le bruit, les interactions sociales mais ce petit est juste merveilleux. Tout le long du roman, il va se montrer courageux, passionné et hyper attachant. 

Une galerie de personnages gravite autour de nos héros : Jodie évidemment, mais aussi Dan, le meilleur ami d’Alex, Emma, la sœur d’Alex qui fuit sa famille ou encore Clare et Matt, le couple d’ami (presque) parfait. Et en les découvrant, on s’aperçoit que ce n’est pas seulement Alex qui a des soucis, mais bien toutes ces personnes et chacun va se reconstruire, se redécouvrir dans ce récit. 

Mais évidemment, ce que j’ai trouvé de plus touchant c’est la relation entre Alex et Sam qui va se nouer grâce à Minecraft. Ce jeu aide Sam à se concentrer et lui permet de dialoguer plus facilement avec son père. Alex va apprendre plein de chose sur son fils, chose qu’il ne soupçonnait même pas et qui lui montrera que Sam reste un enfant avec des rêves et des envies.

Globalement, j’ai beaucoup aimé ce roman malgré le début où Alex avait tendance à beaucoup se plaindre. J’ai aussi beaucoup apprécié que Keith Stuart ne nous prenne pas pour des courges en matière de jeu vidéo (bon le monsieur est journaliste JV, il ne va pas diaboliser le médium..) et comment Minecraft va réussir à nouer une relation entre Alex et Sam. A découvrir !

4 popcorns

 

Publicités

6 réflexions au sujet de “[#116] Les mondes de Sam de Keith Stuart”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s