livre

Petit tour des chroniques #1

Hello, hello mes p’tits popcorn !

J’espère que vous allez bien et que le week-end qui s’annonce vous sera profitable. Par ici, je me prépare à ma dernière journée de travail avant de fêter mon pré-anniversaire. Mais avant de fêter ça avec olives, saucissons et autres joyeusetés, il est l’heure pour moi de faire mon premier tour des chroniques. Bon vous connaissez le concept, je l’ai juste renommé pour faire genre c’est nouveau. Mais en gros, je vais vous présenter plusieurs romans que j’ai lu ce mois-ci (ou non, vous verrez !) et vous dire ce que j’en ai pensé. Simple et efficace non ?

Au menu du jour, 7 romans assez différents des uns des autres :

Presentation_RomansLus_ChroniqueLitteraire_2018_Popcornandgibberish

  • La princesse et l’alchimiste de Amy Alward
  • Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell
  • Inséparables de Sarah Crossan
  • Le ruban rouge de Lucy Adlington
  • Une prière à la mer de Khaled Hosseini
  • Les entremondes, T1 L’hôtel invisible de Sean Easley
  • Les voisins du 9 de Felicity Everett

Je remercie Lumen éditions pour Les entremondes de Sean Easley, Harper Collins pour Les voisins du 9 de Felicity Everett et les éditions 10/18 pour Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell. 

la princesse et l'alchimiste

La princesse et l’alchimiste de Amy Alward – Pocket jeunesse 
Sorti en mai 2018

Résumé : Une pincée de magie, deux cuillerées de danger… Que la quête commence !
Après avoir avalé par erreur un élixir d’amour, la princesse Évelyne tombe follement amoureuse… d’elle-même ! La famille royale de Nova organise aussitôt une émission de téléréalité afin de trouver un antidote. Tous les Alchimistes du royaume sont mis en compétition. 
Parmi eux, Samantha Shimi. La jeune apprentie, déterminée à redorer le blason familial, parviendra t-elle à réunir à temps les ingrédients magiques ?

Mon avis : La princesse et l’alchimiste est un récit d’aventure dans un monde magique que j’ai fortement apprécié. On suit Sam, descendante d’une vieille famille d’alchimistes qui vit difficilement de son art face à la rude concurrence des laboratoires proposant des potions chimiques. Grâce, ou à cause, d’Evelyne qui avale un mauvais élixir, une compétition va naître pour tous les alchimistes de Nova afin de trouver la bonne antidote. J’ai beaucoup apprécié l’univers, la magie fonctionne toujours chez moi, qui est très détaillé. Une véritable aventure se forme pour trouver les ingrédients, l’importance d’un ingrédient plutôt qu’un autre. Le parcours est ardu, Sam se montre courageuse plus d’une fois. Les personnages sont attachants, je pense notamment à Kirsty que j’ai beaucoup apprécié. Cependant, j’ai trouvé le récit un petit peu trop simple à mon goût. L’intrigue se devine assez facilement et c’est dommage. Malgré tout je n’ai pas boudé mon plaisir et je pense qu’il sera parfait pour les adolescents en quête d’univers magique et d’évasion. 

assez de bleu dans le ciel

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell – Editions 10/18
Sorti en avril 2018

Résumé : Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années. 
À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ? 
Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt. 
Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ? 
Si comme le veut le proverbe, assez de bleu dans le ciel promet une belle journée, alors chacun peut voyager sans crainte. Il y aura toujours l’amour pour les ramener à bon port…

Mon avis : J’allais passer à côté de Assez de bleu dans le ciel si Abracadabooks n’en avait pas parlé. Grand bien m’en a pris car j’ai beaucoup aimé m’enfuir en Irlande et partir à la rencontre de Daniel et Claudette, mais aussi de toute leur famille. Maggie O’Farrell nous livre un roman choral où chaque chapitre alterne passé et présent. Je pense que l’exploit de ce roman est d’ailleurs à ce niveau. Nous avons une succession de personnages tous plus intéressants les uns que les autres qui vont nous parler de Daniel et Claudette. Je ne me suis jamais ennuyée dans ce roman et jusqu’à la fin j’ai eu peur pour les personnages. Le style de l’auteure m’a énormément plu par sa facilité d’accès et sa fluidité. Un roman que je vous conseille si vous aimez découvrir les personnages avec des secrets enfouis en eux, mais aussi le roman choral. 

inséparables

Inséparables de Sarah Crossan – Rageot 
Sorti en mai 2017

Résumé : Grace et Tippi. Tippi et Grace. Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois. Comme toujours, elles se soutiennent face à l’intolérance, la peur, la pitié. Et, envers et contre tout, elles vivent ! Mais lorsque Grace tombe amoureuse, son monde vacille. Pourra-t-elle jamais avoir une vie qui n’appartienne qu’à elle ?

Mon avis : Inséparables dormait dans ma PAL depuis Noël dernier et c’est donc mille ans après tout le monde que je me suis lancée dans sa lecture. Alors je vous préviens, il est difficile pour moi de poser des mots sur ce roman, je ne fais qu’écrire et effacer haha. J’ai adoré Inséparables sur le moment. Je trouve que c’est un récit important, à faire lire aux jeunes et moins jeunes. Les personnages sont très attachants et Sarah Crossan écrit avec une bienveillance et une humanité qui m’a beaucoup touché. On ne tombe pas dans le pathos pur et dur. J’ai eu vraiment les larmes aux yeux et cette boule au ventre à la fin. Le reste du temps, on rit, on s’insurge de ces gens « normaux » qui vont traiter différemment Tippi & Grace. Je voulais aussi vous parler de ce roman qui a une forme en vers et qui fait que l’on tourne les pages très rapidement. Bref, Inséparables a tout du coup de cœur. Pourtant un mois après, il faut bien avouer que je ne suis plus forcément marquée par cette lecture, que les souvenirs se sont estompés même si je n’ai absolument rien à lui reprocher…

le ruban rouge

Le ruban rouge de Lucy Adlington – Pocket jeunesse
Sorti en septembre 2018

Résumé : Nous quatre : Lily, Marta, Carla et moi.
Dans une autre vie, nous aurions pu être amies.
Mais nous sommes à Birchwood.
Ella, 14 ans, a toujours adoré la couture, une passion qu’elle tient de sa grand-mère. Et c’est donc tout naturellement qu’elle devient couturière. Cependant son atelier n’est pas un atelier ordinaire et ses clients ne sont des clients ordinaires : la jeune fille est prisonnière du camp de Birchwood (Birkenau), où elle s’occupe de confectionner les vêtements des officiers. Dans ce quotidien infâme, c’est la couture qui permet à Ella et Lily, la repasseuse, de garder une lueur d’espoir.

Mon avis : Le ruban rouge était un des romans jeunesse que j’attendais avec impatience en cette rentrée. J’aime beaucoup les romans qui racontent un pan de l’Histoire et surtout sur la Seconde Guerre mondiale. Le ruban rouge raconte la vie d’Ella au sein de Birkenau (nommé Birchwood dans le roman), le plus tristement célèbre des camps de concentration. Ella est une jeune fille qui nous dit qu’elle a 16 ans (même si on sait qu’il s’agit d’un mensonge, nous n’aurons jamais son véritable âge) et qui rêve de devenir couturière. Sur son passage, elle fera connaissance de Lily, petit rayon de lumière et d’espoir au sein de cet univers tout gris et qui est l’antithèse d’Ella. S’ajoute Marta, une juive élevée au rang de garde du camp et Carla, jeune allemande dont le cerveau est lavée par l’apologie nazie. Ces quatre filles vont être liée malgré elles et montrer les sursauts d’humanité qui peuvent surgir des ténèbres. Ella est une adolescente hyper courageuse et qui possède une force d’esprit admirable. Beaucoup d’émotion se dégage de ce roman et j’ai refermé le livre avec les larmes aux yeux. Je voulais vous redire un mot sur Lily qui est un personnage merveilleux et qui mérite d’être découverte. Bref, si vous ne savez pas quoi lire (oui je pense à vos PAL désespéramment hautes), tournez-vous vers Le ruban rouge, vous ne le regretterez pas !

une prière à la mer

Une prière à la mer de Khaled Hosseini – Albin Michel
Sorti en septembre 2018

Résumé : Marwan, mon cher enfant, je contemple ton profil éclairé par la lune, tes cils que l’on dirait calligraphiés, tes paupières closes dans ton sommeil innocent. Et je te dis : « Donne-moi la main. Tout ira bien. » Dans une longue lettre, un père prie en regardant son fils dormir, implorant d’être protégés lors de la périlleuse traversée qu’ils vont entreprendre. Il évoque également leur vie à Homs en Syrie et la transformation de la ville en zone de guerre. Un texte rendant hommage aux réfugiés syriens à l’occasion du troisième anniversaire de la mort du jeune Alan Kurdi en 2015.

Mon avis : Une prière à la mer est un album d’une cinquantaine de pages où Khaled Hosseini écrit une lettre fictive d’un père à son enfant. Le récit est très émouvant porté par les sublimes illustrations de Dan Williams. Bon depuis Mille soleils splendides, j’apprécie beaucoup la plume de Khaled Hosseini, alors forcément cet album, il fallait que je le lise. C’est un récit que là aussi je juge important à faire lire à un maximum de personnes. Le genre de récit qui aide à prendre conscience de ce qu’il nous entoure dans le monde. Le seul bémol, selon moi, est que ça se lit en quelques minutes à peine et même si je comprends le travail que cela entreprend, je reste sur ma faim. Mais il s’agit vraiment d’un bémol quantitatif digne d’une consommatrice capitaliste quoi (je vous jure je me sens indigne du bouquin !). Bref, Une prière à la mer c’est quand même cool et important alors lisez-le !

les entremondes

Les entremondes, T1 L’hôtel invisible de Sean Easley – Lumen éditions
Sorti en septembre 2018

Résumé : Tournez la clé… et découvrez votre destination !
Poursuivi par un mal mystérieux, le père de Cameron et Cassia les a confiés par un soir d’hiver à leur grand-mère, avant de disparaître de la surface de la terre. Pour tout héritage, il ne leur a laissé que deux énigmatiques pièces de bois aux inscriptions presque effacées. Mais, depuis qu’il a douze ans, le jeune Cameron fait des rêves étranges… Jusqu’au jour où, dans le centre commercial de son quartier, derrière la porte vitrée d’un petit magasin, il tombe sur un immense hall d’hôtel. Là, au milieu des chandeliers, du marbre et des somptueuses boiseries trône l’inscription :  » Découvrez votre destination ! « 
Le personnel de l’établissement n’en revient pas : d’habitude, on ne pénètre dans ce lieu magique que sur invitation ! Et surtout, oser s’y aventurer a toujours, toujours un prix… Car chacune de ses portes s’ouvre sur un pays différent. D’une salle à manger en Inde, on passe à un couloir de sous-marin au beau milieu de l’océan ou à une chambre avec vue sur la Grande Muraille de Chine ! Seule explication à la découverte de Cam ? La pièce pendue à son cou, qui semble mystérieusement liée à cet endroit… Se pourrait-il que son père y ait travaillé autrefois ? Mais le doute s’empare vite du garçon : chariots et plateaux qui se déplacent tout seuls, couloirs sombres se modifiant à volonté, passages secrets nichés dans les caves de l’établissement… L’hôtel, doué de conscience, serait-il maléfique ?
Portes qui s’ouvrent sur les pyramides ou la forêt amazonienne, batailles à coups de plumeaux enchantés, animaux de pierre capables de s’éveiller à la vie… Une multitude de surprises attendent le jeune visiteur dans ce lieu aussi fabuleux qu’inquiétant. C’est avec une gourmandise évidente que Sean Easley imagine l’irruption en fanfare de la magie au beau milieu du quotidien. Une nouvelle série à découvrir d’urgence !

Mon avis : Le teasing de Lumen éditions concernant Les entremondes m’a donné envie tout l’été. Cette histoire de passer les portes d’un hôtel pour visiter une destination a titillé ma curiosité et j’avais hâte de l’avoir en main. Aussitôt arrivé, quasiment aussitôt englouti. Sean Easley y dépeint un univers hyper fouillé et fourni. Tellement que niveau description parfois je n’arrivais plus à imaginer les choses. Par contre, moi qui m’attendais à un roman vraiment typé jeunesse, j’avoue avoir été agréablement surprise par la noirceur qui pouvait y avoir sur certains passages. Au niveau des personnages, si j’ai eu du mal avec Cameron pendant longtemps dans le roman, j’ai adoré tous les autres personnages qui gravitent autour de lui. En tout cas c’était une sacrée aventure et je lirai avec plaisir le tome 2 !

les voisins du 9

Les voisins du 9 de Felicity Everett – HarperCollins
Sorti en juin 2018

Résumé : Sara, mère de famille s’ennuie dans sa vie bourgeoise et monotone. Aussi l’emménagement, dans son petit quartier londonien, d’un nouveau couple bobo à souhait, est accueilli chaleureusement. Invitée à la crémaillère de leurs nouveaux voisins, Sara et son mari sont fascinés. Tant de charisme, de spontanéité et de talent chez ces artistes tout juste revenu d’Espagne. Lou et Gavin sont simplement… irrésistibles. Au contact de Lou, Sara commence progressivement à changer. Bienveillance ou jalousie, amitié ou obsession, confiance ou trahison. La frontière est mince et la rue facile à traverser.

Mon avis : Il a fallu une newsletter de Netgalley pour demander en accès libre ce titre. Je ne le connaissais pas, mais les petits « thriller » domestiques et de voisinage me plaisent énormément. Les voisins du 9 avait tout pour me plaire : une tension qui monte crescendo, des personnages fascinants, une critique de la bourgeoisie bien-pensante. Mais v’là-t-il pas qu’il a fallu que tout retombe comme un soufflé ? J’étais verte. Même si certaines ficelles étaient visibles à trois kilomètres, j’étais prête à pardonner, mais cette fin est d’une frustration sans nom. J’étais même prête à pardonner Sara, personnage insipide et hypocrite. J’vous jure que ce n’était pas une sinécure cet personnage. Je ressors donc de ce roman hyper déçue et ne vous le recommande pas. 


2389 mots après, j’ai ENFIN terminé cet article. J’espère que celui-ci vous aura plu. N’hésitez pas à me dire si des romans vous font envie, si vous les avez lu, dans les commentaires. Quant à moi, je m’en vais fêter mon pré-anniversaire et irai boire mon Coca en tchinant avec vous. Besos !

Publicités

9 réflexions au sujet de “Petit tour des chroniques #1”

  1. Le ruban rouge me tente tellement et Les entremondes ont l’air tellement bien ! 😍
    J’aime bien ce type d’article où tu regroupe plusieurs chroniques, c’est chouette d’avoir un topo final ☺️
    Des bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s