série

The haunting of Hill House : entrez dans la maison de l’horreur !

Hello, hello mes p’tits popcorn !

J’espère que vous allez bien et que votre week-end s’annonce paisible. Aujourd’hui, on se retrouve pour parler séries, ça faisait un petit moment, avec The haunting of Hill House. Une série que j’ai suivi en quelques jours et que j’ai adoré ! Pourquoi on kiffe ? Réponse-ci-dessous !


DÉTAILS TECHNIQUES


The haunting of Hill House est une série comprenant une saison de 10 épisodes. La série est disponible sur Netflix depuis le 13 octobre 2018 et est créée par Mike Flanagan que l’on connaît pour être le réalisateur de Jessie (Gerald’s game), également disponible sur la plateforme du géant américain. The haunting of Hill House est l’adaptation libre du roman au même titre de Shirley Jackson et qui s’avère être le roman de chevet de Stephen King, rien que ça ! Chaque épisode dure entre 50 minutes à 1h10. La série est classée comme étant un drame et de l’épouvante-horreur. Enfin au casting, nous retrouvons Michiel Huisman (Le cercle littéraire de Guenersey, Game of thrones, Orphan Black), Carla Gugino (Jessie, Man of steel, Entourage), Elisabeth Reaser (Twilight, Grey’s Anatomy), Oliver Jackson-Cohen (Emerald City, Dracula, Mr Selfridge), Kate Siegel (Jessie), Victoria Pedretti (à venir dans Once upon a time in Hollywood de Monsieur Tarantino), Timothy Hutton (Jack Ryan, American Crime) ou encore Henry Thomas (Jessie, Gang of New York, E.T.). 


POURQUOI ON KIFFE ?


01. Pour sa technique

The haunting of Hill House m’a époustouflé par sa réalisation. On sent que le réalisateur aime et connaît les codes de l’épouvante (en même temps le monsieur n’a fait QUE ça haha). L’épisode qui m’aura le plus ébahie dans sa réalisation est le sixième car nous avons l’utilisation de 5 plans séquences pour faire cet épisode. Les transitions entre passé et présent sont toujours hyper bien trouvées et s’enchaînent avec fluidité. Je note également le travail des lumières pour créer ses ambiances gothiques qui m’ont fait frissonner. Regardez bien chaque plan dans Hill House (la maison, pas la série !) : des détails s’y cachent. Au début je vous avoue ne pas y avoir fait attention, mais une fois qu’on le sait on ne voit (presque) que ça. 

02. Pour l’épouvante au service du récit

Oui The haunting of Hill House fait clairement flipper. Surtout sur la première moitié de la saison, ensuite cela se calme à mon sens. Je me souviendrai pendant longtemps de ma crise d’angoisse/fou rire (oui parce que je me trouvais ridicule d’avoir peur) sur ce fameux épisode 5 (comprendront ceux qui auront vu !). Plus que de simples utilisations du jump scare, la série nous fait monter l’angoisse tout le long des épisodes avant de la désamorcer afin de faire respirer ses spectateurs. D’ailleurs, tout le long de la série, on explique de manière rationnelle les effets paranormaux qui se passent dans cette maison. Je trouve l’utilisation de l’épouvante intelligente et percutante comme rare arrive à être fait dans les films d’horreur actuels. 

03. Pour ses acteurs

Clairement TOUT le casting est géant. Que ce soit les enfants (Bébé Luke & Bébé Nell <3), les enfants devenus adultes, les parents, les Dudley, tous jouent merveilleusement bien et sont crédibles dans leur histoire. J’ai adoré les choix de casting pour que les filles Crain ressemblent terriblement à Olivia une fois adultes (sauf Nell qui ressemble plus à Hugh). On s’attache à eux tout en se doutant que chacun a une part sombre en lui. On veut savoir leurs secrets, comprendre leur névrose. Le fait qu’on consacre un épisode par personnage aide à avoir de l’empathie pour eux et à mieux comprendre certains comportements. The haunting of Hill House travaille parfaitement l’idée qu’une même histoire a plusieurs versions et nous montre que ce qui est perçu par l’un ou l’autre n’est pas forcément la vérité. 

04. Pour les thèmes abordés

Comment survit-on face à un traumatisme ? Comment peut-on se construire sereinement quand on a vécu des choses horribles ? Au-delà d’une vieille maison qui craque et qui semble remplie de fantômes, The haunting of Hill House nous montre ce que Hill House a eu pour effet pour la famille Crain. Comme je l’ai dis plus haut, chacun a des blessures à cause de cette maison qui va gangrener leur vie une fois adulte. Etant donné que chacun pense avoir raison, les liens fraternels sont distendus, mais leur rapport avec les autres ne sont pas forcément mieux. Attendez-vous à aborder la psychologie de ces personnages car c’est vraiment le travail de cette série. Les personnages les plus intéressants d’ailleurs sur ce sujet sont Nell, Luke et Theodora car ce sont eux qui ont le plus morflés, toujours à mon sens. 


Vous l’aurez donc compris The haunting of Hill House a été un gros coup de cœur série et je suis ravie d’avoir fait cette article pour vous la faire découvrir si vous ne la connaissez pas. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous l’avez vu ou non et si elle vous intéresse. A très vite et bon week-end à tous !

Publicités

8 réflexions au sujet de “The haunting of Hill House : entrez dans la maison de l’horreur !”

  1. J’ai regardé jusqu’au 5 pour le moment et j’envisage pas de regarder la suite en étant seule, ça fait quelques jours et pourtant je me sens pas hyper rassurée (et c’est pas faute d’avoir mis mes mains devant les yeux devant les 3/4 des épisodes, j’ai pas vu tant d’images traumatisantes du coup (je suis juste un esprit faible, vas-y moque toi)).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s