livre

Revue n°69 – Dans la peau de Coventry de Sue Townsend

Hello, hello mes p’tits loups ! 

Comme je vous l’avais dis, je suis en retard dans mes chroniques littéraires. Cette fois donc, on part du côté de l’Angleterre avec Dans la peau de Coventry de Sue Townsend. Je remercie les éditions 10-18 pour l’envoi de ce roman.

dans-lap-peau-de-coventry-sue-townsend-editions-1018-popcornandgibberish-wordpress-critique-avis

resume-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

« Il faut d’abord que je vous dise deux choses sur moi : la première, c’est que je suis belle, la deuxième, c’est qu’hier, j’ai tué un homme. Dans les deux cas, il s’agit d’un accident. » Quand Coventry Dakin, femme au foyer dans les Midlands anglais, tue son voisin, elle décide de prendre la fuite. Se retrouvant seule et sans ami à Londres, elle essaie de se perdre dans le labyrinthe des rues. Là, elle rencontrera un ensemble déconcertant de personnages excentriques. Du Professeur Willoughby d’Eresby et sa femme Letita, constamment nue, à Dodo, une femme de la haute bourgeoisie relogée parmi les sans-abri de Cartonville. Toutes ces rencontres vont permettre à Coventry de changer, comme elle n’aurait jamais pu l’imaginer…

mon-avis-bandeau-popcornandgibberish-wordpress-vfinal

Dans la peau de Coventry avait fait pas mal parler de lui lors de sa sortie, l’an dernier, aux Editions Charleston. Des copinautes blogueuses l’avaient reçus et certaines comme Carnet Parisien ne l’avaient pas du tout aimé. Pourtant, j’avais toujours hâte de le lire, aussi, quand j’ai vu le titre aux Editions 10-18, je me suis ruée dessus. Mais vais-je le défendre ?

Commençons par les bons points : tout d’abord, sa couverture. Vous me connaissez maintenant et savez qu’une jolie couverture peut faire de moi tout ce qu’elle veut. Et ça, chez 10-18, je crois qu’ils l’ont bien compris. Coloré, pleine de pep’s, dans la fraîcheur du mois de Février, il faut avouer que ça fait du bien au moral. Deuxième bon point : Ses chapitres. Courts, concis. On pense lire un chapitre ou deux et au final, on se retrouve à enchaîner les pages sans s’en rendre compte. J’ai également apprécié la plume de Sue Townsend qui va droit au but, sans fioritures et autres chichis. Enfin, les personnages secondaires sont plutôt pas mal dans leurs genres. Excentriques voir complètement fous, ils apportent un peu de fraîcheur à l’histoire.

Mais pourtant, je suis globalement restée de marbre face à ce roman. On m’a annoncé un roman drôle et j’ai du rire une ou deux fois. Rien de bien folichon. L’héroïne est agaçante et je trouve son histoire bien trop peu exploitée. C’est un personnage qui, avant le meurtre, menait une double vie, avait une double personnalité. Son fils l’apprend, mais à aucun moment cela ne ressort dans l’histoire. A quoi ça sert alors ? Pareil, on apprend que potentiellement elle ne serait pas la cause de la mort du type qu’elle a tué. Mais c’est tout, on n’en fait rien de cette information. Pourquoi ? C’est ce que j’ai trouvé le plus dommageable dans ce roman. En plus, l’héroïne n’étant pas attachante pour deux sous, il est encore plus difficile de trouver un point d’accroche pour apprécier pleinement l’histoire.

Pour conclure, Dans la peau de Coventry m’a laissé un avis bien trop négatif même si j’ai apprécié le style de l’auteur, les personnages secondaires ou encore sa couverture. Un personnage principal pas attachant et une histoire bien trop plate aura eu plus de poids que les points positifs pour que je puisse être satisfaite de ma lecture. Dommage car ça aurait pu être un excellent roman à mes yeux…

note - 2 popcorn-vfinal-popcornandgibberish

Publicités

13 thoughts on “Revue n°69 – Dans la peau de Coventry de Sue Townsend”

  1. Quand il était sorti aux éditions Charleston, on avait été deux ou trois a avoir apprécié le roman (dans les lectrices charleston) et toutes les autres n’aimaient pas comme Carnet Parisien, donc je peux comprendre ton avis. Mais moi j’avais beaucoup aimé tout le pan satirique envers la société britannique, j’en garde un très bon souvenir ! 🙂

    J'aime

  2. Youps… je suis toujours gênée quand on me cite pour un livre que je n’ai pas aimé (même si après tout, ce sont des choses qui arrivent). C’est vraiment un roman très particulier, et malheureusement je l’ai trouvé « inutile », il ne m’a pas du tout emballée, il m’a même agacée… Au moins, tu t’es fait ton propre avis 🙂

    J'aime

  3. Pour le fait que cela se passe en Angleterre, et pour la jolie couv, j’aurais pu craquer aussi… mais du coup, je suis prévenue et vais m’abstenir. Merci pour ce bel avis. Sincèrement, j’adore tes chroniques car tu arrives bien à nous détailler ce qui a pêché (ou au contraire, ce qui t’a plu). Je sais du coup que cela ne me branchera pas, et c’est top !^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s