Revue n°64 – L’homme qui ne voulait pas devenir Président de Julien Leclercq

Hello, hello mes p’tits chats !

On se retrouve aujourd’hui pour un billet littéraire avec L’homme qui ne voulait pas devenir Président de Julien Leclercq. Je remercie les éditions Intervalles ainsi que Babelio pour l’envoi de ce roman lors de la dernière Masse Critique. Un roman qui est pile dans l’air du temps.

je vais m'y mettre.png

resume-popcornandgibberish-wordpress

374 852 vues en quelques heures seulement. Postée sur YouTube à 5 h 56 ce matin, la vidéo faisait déjà le tour du monde. Pendant les fêtes de Bayonne, Michel, un trentenaire au chômage et ce soir-là passablement ivre monte sur scène lors d’un concert et se lance dans un discours enflammé contre la classe politique. Dans la foulée, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle. Par l’entremise des réseaux sociaux, sa diatribe devient rapidement virale et se propage hors de tout contrôle. Devenu en quelques jours le chouchou de la Toile puis des médias, il n’aspire pourtant qu’à retrouver sa vie paisible, entre virées nocturnes, parties de console et longues soirées avec sa mère. C’est sans compter sur ses amis, bien décidés à exploiter à fond la chance qui s’offre à eux.

mon-avis-popcornandgibberish-wordpress

En voilà un de roman qui a un pitch bien intéressant. C’est l’histoire de Michel, jeune trentenaire qui cumule petits boulots sur petits boulots pour ne pas perdre son chômage. Michel qui picole, qui fume, qui joue aux jeux vidéos. Bref, le mec à qui le mot « loser » convient parfaitement. 

Et lors d’une énième beuverie à Bayonne, bourré comme un coing, voilà Michel qui interrompt un concert d’une super-star pour passer un coup de gueule de la plus haute importance : Le gouvernement français est pourri et il faut changer ça. Problème, à l’heure du numérique et de l’instantanée, ce passage a été filmé par plusieurs personnes et se retrouve sur Youtube. Résultat : Des milliers de vues de personnes qui soutiennent Michel. De là, sa bande de copains décident d’en faire le Président de demain.

Je peux vous dire qu’après ce passage, je pensais que j’allais détester ce roman. J’étais vraiment contre l’idée que Michel soit un pantin seulement pour que ses amis se sentent mieux dans leur quotidien. Heureusement qu’Alice est là pour les secouer, mais même elle tombe dans les manipulations des garçons. 

Michel n’est pas méchant, c’est seulement un grand enfant et ce que j’ai aimé à travers cette histoire est sa prise de conscience. Même si il rejette l’idée de devenir Président au départ, cela lui donne de l’assurance et une confiance en lui-même qu’il n’avait pas. Evidemment, il va y avoir une partie où il va devenir comme les politiciens car, malheureusement, même si on a envie de changer les choses, on se rend compte qu’il y a des codes à respecter. Mais, ne vous inquiétez pas, Michel saura se retrouver.

Ce que j’ai également apprécié dans ce roman est qu’on a le point de vue de chaque protagonistes qui entrent en scène. Cela donne du dynamisme au récit et surtout on peut avoir une vue globale de cette affaire. Même si j’étais énervée au début du roman et que je l’ai posé pendant deux jours entiers, quand je l’ai repris, j’ai été happé par l’histoire. L’écriture de Julien Leclercq est certes plutôt simple, mais on est direct dedans, on ne passe pas par quatre chemins. 

En conclusion, L’homme qui ne voulait pas devenir Président est un roman plutôt sympa et qui est pile dans l’air du temps. Si le début m’a semblé difficile, j’ai vraiment été dedans jusqu’à la fin. Michel est un personnage que l’on voit grandir et qu’on a envie de protéger envers et contre tous. 

note - 3 popcorn

Publicités

11 commentaires sur « Revue n°64 – L’homme qui ne voulait pas devenir Président de Julien Leclercq »

  1. Merci pour ce commentaire… Je suis rassuré que vous n’ayez pas détesté ! J’espère que Michel saura faire passer un agréable moment à votre communauté de lecteurs. A votre dispo pour échanger 🙂

    J'aime

  2. La couverture de ce roman ne m’aurait pas du tout attiré! Par contre le résumé est pas mal du tout et ça donne envie d’en savoir davantage sur cette histoire … Je pense aussi qu’il peut-être attirant puisque, comme tu dis, c’est complètement dans l’air du temps, autant pour le côté numérique que pour les critiques face aux politiciens …

    J'aime

  3. Je l’ai lu aussi. Il lui manque un petit je ne sais quoi qui le rendrait vraiment tip top. Je ne me suis pas attachée suffisamment aux persos, que j’ai trouvé un poil trop fictif, trop caricaturaux. Mais globalement l’histoire m’a plu. 🙂 Et puis c’est totalement d’actu !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s