livre

Revue n°25 – La cuisinière de Mary Beth Keane

Hello, hello !

J’espère que vous allez bien en ce jeudi matin. Décidément, j’ai dû mal à reprendre le rythme standard du blog. Je vais tenter de me reprendre ce week-end pour revoir mon organisation, promis. Je viendrais voir vos articles et je terminerai de répondre à vos commentaires dans très peu de temps (j’ai pratiquement une semaine en retard…) également. Bref, aujourd’hui, on se retrouve pour une nouvelle revue littéraire sur La cuisinière de Mary Beth Keane que j’ai eu l’occasion de lire grâce au Pretty Book Club mené par Fiona du blog My Pretty Books.

PRÉSENTATION :

La cuisinière est le deuxième roman de l’auteure américaine Mary Beth Keane. Il est sorti aux éditions Presses de la Cité en Février 2014 et en format poche chez l’éditeur 10-18 en Mars 2016. 

RÉSUMÉ :

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s’intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu’on l’observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu’elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l’envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté…

MON AVIS :

La cuisinière faisait partie de ces romans dont j’avais très envie de lire. Inspiré de faits réels, combat d’une femme pour sa liberté, c’est typiquement le genre de roman qui me botte bien. Pourtant ma lecture a été très compliqué.

Le roman commence pourtant bien. Nous assistons directement à son arrestation pour aller dans un hôpital afin de subir des prélèvements pour savoir si elle produit bien des bacilles de typhoïde alors qu’elle est saine. On découvre une Mary têtue et elle refuse qu’on la touche. J’ai eu dû mal à m’attacher à elle tout le long du roman. Je l’ai trouvé têtue et le fait qu’elle soit enfermée sur l’île de North Brother car elle a refusé de faire les choses à la « manière douce », m’a fait pensé que c’était bien fait pour elle..

En une centaine de pages, on suit l’évolution de Mary pendant 3 ans sur cette île. C’est parfois trop long pour des événements qui devraient être courts et trop courts pour les événements qui devraient être plus longs. Puis, arrive la deuxième partie intitulé « Liberté ». Je pense que c’est ma partie favorite du roman. Mary sort de North Brother et retrouve sa vie à New-York à condition de ne plus cuisiner et que tous les trois mois, elle aille faire des prélèvements dans un centre. C’est une partie plus romancée, plus plaisante à lire. Concernant la dernière partie du roman, c’est celle que j’ai le moins aimé car je me dis qu’au final on fait tout un pataquès pour pas grand chose.. 

Pour conclure, c’est une lecture en dent de scie. J’ai failli l’arrêter plusieurs fois, mais ayant déjà fait un presque abandon ce mois-ci, je me voyais mal en faire un deuxième. Je trouve que le combat pour la liberté n’est pas vraiment traité et Mary n’est pas un personnage des plus attachants.

note - 2 popcorn

Sur cette revue, je vous fais plein de bisous ! N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous l’avez lu, si vous souhaitez le lire ou non. Hier soir, j’ai édité dans l’article du concours les 10 gagnantes. N’hésitez donc pas à venir me contacter pour retirer les lots. 

Publicités

31 thoughts on “Revue n°25 – La cuisinière de Mary Beth Keane”

  1. Je l’ai commencé mais je l’ai abandonné, donc je veux bien te croire quand tu dis qu’il s’agit d’une lecture en dents de scie. Néanmoins, j’essaierai de le reprendre et de le terminer mais plus tard…

    J'aime

  2. Ohlala, je ne pensais pas que ta chronique allait être négative. Du coup, c’est un peu une douche froide, je l’aurais acheté sans hésité. Mais maintenant, je ne suis plus si sûre ^^ Je suis difficile aussi quand il s’agit du personnage principal, et si elle n’est pas sympathique, ça ne va pas le faire.

    Aimé par 1 personne

      1. Ouais, donc je ne pense pas m’y risquer. J’ai suffisamment de super bouquins dans ma PàL, que je suis quasi certaine d’aimer. En plus en ce moment je suis dans un roman qui me déçoit, et j’ai du mal à avancer. Cela calme.^^

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s